Wallada bint Al mostakfi était une princesse andalouse fille de Mohamed Al Mostakfi, le dernier khalif omeyyade de Cordoue à l’époque ou l’Andalousie était encore musulmane. La princesse est née en 994 et décédée en 1091 .

En grandissant, Wallada découvre son don pour l’écriture, elle devient donc écrivaine et poétesse. A la mort de son père, à trente ans, son haut niveau d’éducation lui permet de vivre librement sa vie en affrontant la société conservatrice dans la quelle elle vivait.

La première femme à avoir organisé des salons littéraires.

Wallada était la première femme de son époque qui eu le courage d’organiser des rencontres artistiques mixtes, auxquels participaient  des philosophes, poètes, écrivains et même des musiciens, afin de réciter des vers et débattre de l’art en toute liberté. Cette liberté d’expression lui vaudra des critiques, mais Wallada ne prenait pas en compte ces derniers, elle continua à exprimer son talent jusqu’à l’exposer en publique en gravant en or quelques vers sensuels en langue arabe sur sa robe, tel que :


أنا والله أصلح للمعالي وأمشي مشيتي وأتيه تيها
أمكن عاشقي من صحن خدي وأعطي قبلتي من يشتهيها

 « Par dieu, je suis qualifiée pour les hautes positions , J’avance fièrement,  sur mon chemin et je permet à mon amant de caresser ma joue et j’offre mon baiser à celui qui le désir.« 

A une époque conservatrice ou les traditions domptaient l’Andalousie, le courage et l’audace dont fait preuve la princesse rebelle étaient impressionnants, elle avait le soutien de nombreux hommes dont le grand écrivain et poète de l’époque Ibn Hazm.

 Wallada fut certainement l’une des femmes les plus influente de son époque .

Mordjane Hamlaoui

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici