Restriction sociale, comportement répétitif, difficulté à communiquer et à s’adapter à de nouvelles situations, ça vous parle ? J’imagine qu’une petite idée a déjà surgit dans votre esprit, non ? Et si je glisse dans votre oreille une phrase typique, souvent associée à ce sujet, en vous disant : « tu as remarqué, cet enfant est bizarre, il est souvent seul et ne parle à personne. Il est différent des autres, il me semble qu’il est … » OUI ! c’est exactement ce mot là que vous venez d’articuler spontanément pour compléter la phrase « …il me semble qu’il est AUTISTE ».  

Qu’est ce que le TSA ?

L’autisme, appelé également troubles du spectre de l’autisme (TSA) est un trouble neuro-développemental précoce (apparaissant généralement lors des trois premières années de la vie), causé par un dysfonctionnement neurobiologique survenant au cours de l’évolution de l’enfant, nuisant ainsi à son développement normal en affectant plus particulièrement ses compétences de communication et ses interactions sociales. Ces troubles peuvent se manifester de différentes manières, les degrés de sévérité des symptômes sont très variables d’un enfant à un autre, d’où la notion de « spectre », néanmoins ils présentent trois principales caractéristiques communes qui résument l’ensemble des formes observées du TSA.

Quelles sont  ces caractéristiques communes et les signes du TSA ?

  • Troubles de la communication verbale et non verbale : l’enfant présente des difficultés à acquérir l’usage de la parole. Il a tendance à répéter des mots et des phrases sans pour autant créer un échange verbal cohérant, son langage est désorganisé.
  • Altération des interactions sociales et des modalités de communication : une personne souffrant d’autisme a du mal à échanger, à s’ouvrir et créer des liens avec autrui.
  • Un répertoire d’intérêts et d’activités restreint, stéréotypé et répétitif : l’enfant a tendance à adopter des habitudes routinières, des manies et des mouvements répétitifs avec son corps et toute tentative de changement est répugnée et peut gravement le perturber.

Quelles sont les causes du TSA ?

Différentes études ont été menées à ce sujet mais il s’avère que l’autisme est d’une étiologie complexe et ses causes ne sont pas à ce jour totalement élucidées. Néanmoins, en plus des facteurs de risque environnementaux, ces études ont pu révéler l’importante implication du facteur génétique dans le TSA, ce qui influence le développement de l’enfant avant et après sa naissance. Actuellement les recherches se poursuivent et sont orientées vers différents domaines (neurophysiologique, biochimique, immunologique, génétique…) afin d’essayer de répondre à toutes ces interrogations restées encore en suspend.

Quel est le traitement du TSA ?

À ce jour, aucun traitement curatif n’est capable de guérir l’autisme, cependant le diagnostic précoce permet d’établir une prise en charge adéquate répondant aux difficultés de l’enfant. Il est à noter que cette procédure est toujours personnalisée et s’adapte au plus près à la situation familiale et à l’état de l’autiste. La prise en charge est pluridisciplinaire et repose essentiellement sur trois grands axes (éducatif, pédagogique et thérapeutique) qui ont pour objectif de ralentir l’évolution des troubles, de favoriser l’autonomie et l’apprentissage mais aussi de développer le langage et les capacités de communication avec autrui dans l’optique d’assurer une meilleure qualité de vie pour l’autiste.

Cet accompagnement individualisé et adapté doit être quotidien et évoluer tout au long de la vie du malade ainsi, le développement de l’enfant est régulièrement évalué afin de pouvoir ajuster sa prise en charge en fonction de ses difficultés, de ses progrès et de ses capacités mais aussi de la famille et du lieu de résidence.

Prenant l’exemple de l’Algérie, on peut constater que l’autisme est encore méconnu dans notre pays, le dépistage et la prise en charge demeurent inadaptés faute de moyens et d’ignorance à savoir le manque de centre d’accueil, de structures spécialisées et de modalités d’intervention et d’accompagnement, ce qui mène à  créer une anarchie totale. De ce fait, l’enfant et sa famille sont dans l’obligation de faire face à la situation sans pour autant savoir vers qui s’orienter pour demander de l’aide, en plus du regard et des préjugés de la société qui pèsent lourds sur leur épaules. Aujourd’hui de nombreuses associations actives travaillent avec acharnement pour améliorer la vie des autistes et faire entendre leur voix afin d’établir de nouvelles perspectives et améliorer leur situations dans l’espoir qu’ils aient droit à un avenir meilleur.

     KHEREDDINE MERIEM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici