Le désastre nucléaire de Fukushima, Mars 2011. Nous avons vu aussi les dégâts écologiques imputables à l’exploitation des schistes bitumineux dans l’extrême nord du continent américain. En 2010, plus de 2400 personnes ont perdu vie dans les mines de charbon en Chine ; et encore plus, des dizaines de milliers de personnes en Ukraine et en Biélorussie subissent encore les conséquences de l’explosion de Tchernobyl passée il y’a plus de 30 ans…

Ces énergies qu’on appelle ‘’abondantes et bon marché’’ pèsent très lourd dans le bilan humain et environnemental.

L’heure est là, il faut passer à la transition énergétique.

De quoi s’agit-il ?

Transition, ce mot veut dire « passer d’un état à un autre »

La transition énergétique veut donc dire passer d’un modèle de production et de consommation d’énergie à un autre. Autrement dit, ce sont des changements faits pour réduire l’impact environnemental de la production, de la distribution et de la consommation d’énergie, et ainsi se passer des énergies fossiles.

Elle s’appuie sur six principes :

  • Réduire la consommation énergétique afin de limiter la hausse des factures ;
  • Assurer les services énergétiques de première nécessité ;
  • Programmer (progressivement) l’arrêt des énergies polluantes ;
  • Maitriser les besoins en énergie ;
  • Prendre en main les décisions en matière d’énergie ;
  • Assurer la réussite de la transition énergétique.

Pourquoi la transition énergétique ?

La combustion d’énergies fossiles est l’origine de d’environ 2/3 des émissions des gaz à effets de serre dans le monde, cela montre le lien directe entre le changement climatique, l’évolution de l’économie et de la demande d’énergie.

Le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) disent qu’à ce rythme, des conséquences très importantes sur la fonte des pôles glaciers et sur l’élévation du niveau des mers, vont s’observer. Tous nous avons ressenti les effets du changement climatique, dans tous les secteurs : en agriculture les fruits et légumes d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier, cet énorme trou d’ozone qui représente un réel danger et pour la santé et pour l’environnement. Sans parler de l’écosystème qui ne cesse de se déséquilibrer, etc.

On peut dire donc que la transition énergétique est plus que nécessaire pour pouvoir réagir face à ces réalités et préserver non seulement l’environnement mais aussi l’économie. 

L’Afrique incontournable pour conduire la transition énergétique mondiale

L’Afrique, ce grand continent qui alimente le monde en termes d’énergie. Ce continent est connu pour ses vastes terres désertes, et ses vagues de chaleur insupportable. Les statistique de l’AIE (agence internationale de l’énergie) disent que dans 20 ans un milliards d’africains ne vont pas pouvoir vivre dans des villes sans climatisation pour pouvoir supporter la chaleur, et cela si l’augmentation annuelle de la température ne dépasse pas les 2°C, imaginez donc si ça dépasse ! Chose qui est très probable avec le changement climatique que nous subissons.

C’est pour ça que, l’AIE pense que l’Afrique est l’une des clés de la riposte contre le changement climatique. Elle se dresse sur les plus grandes minerais nécessaires pour les nouvelles technologies énergétiques. La république démocratique du Congo possède 70% de la production mondiale du Cobalt (utilisé pour les batteries), l’Afrique du sud possède aussi 70% du Platine mondial, qui est nécessaire à la fabrication des piles à combustibles. Sans compter sa capacité de production de l’énergie solaire et des éoliennes. D’autant plus, bien gérer ces ressources va apporter d’importants revenus à ce continent.

« Il existe d’importantes interrogations sur la capacité de ces pays à suivre une demande croissante. Les pratiques actuelles [dans le secteur extractif] sont souvent inefficaces, polluantes et soulèvent des protestations sociales. L’échec des pays africains à être au rendez-vous ne serait pas seulement un revers pour eux. Ce serait un problème pour conduire au bon rythme la transition énergétique mondiale. » Laurence Caramel

C’est possible en Algérie

On sait tous que d’ici 30 ans, si ce n’est pas moins, l’Algérie épuisera ses ressources en énergie fossile. De quoi va vivre l’Algérie en 2050 ?

La transition énergétique est très favorisée en Algérie, Toufik Hasni, un consultant en transition énergétique plaide en faveur du développement solaire. Cette transition devrai servir dès aujourd’hui, recelant un gisement de ressources renouvelables, notamment solaire, parmi les plus importants du monde, disposant aussi d’un étendue territoriale qui lui permet d’en tirer pleinement profit.

Ces mutations énergétiques doivent absolument avoir lieu pour l’avenir du pays, afin de pouvoir intégrer la route avec la dynamique universelle qui s’impose.

MERABET Melissa

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici