Calme et engagé,  nerveux et agité, engourdi et renfermé sur soi même, trois états par lesquels on passe tous dans notre quotidien, dépendant généralement de facteurs extérieurs.

Mais en réalité, c’est des modes de réponse de notre système nerveux autonome afin de nous garder en sécurité et en vie !

Le système nerveux autonome (SNA) est celui qui s’occupe des actions non contrôlées, et est aussi un système de surveillance et de détection de danger, il travail constamment à évaluer les risques qui peuvent nous confronter en observant ce qui se passe dans notre corps et autour de lui.

Ce système se compose principalement de deux branches : Sympathique et Parasympathique, et cette dernière se divise à son tour en deux : Vagal dorsal et vagal ventrale.

D’où vient le nom « Théorie Polyvagale », développée par le Dr. Stephen Porges, cette théorie explique l’origine des réactions humaines dites intuitives, et appel neuroception le processus inconscient du SNA d’analyser et interpréter les signes du corps et de l’environnement extérieur.

La voie vagale ventrale (En sécurité) : Lorsque nous sommes dans un état de stabilité, nous nous sentons en sécurité, capable de réaliser nos projets, connectés au monde extérieur et en bonne relation avec les autres, c’est le nerf vagal ventral qui s’active et c’est lui qui dirige, il permet d’être productif, concentré, et donne la sensation d’être bien dans sa peau, ceci se reflète également par un bon rythme cardiaque, une tension artérielle régulé, bon sommeil et digestion… etc.

La voie Sympathique (En Danger): Dans les situations stressantes et gênantes, c’est la branche sympathique qui nous pousse à agir, combattre le danger ou le fuir, on sent un afflux d’adrénaline qui nous empêche de rester calmes, nous avons du mal à se concentrer, anxieux ou en colère, et nos liens sociaux sont perturbés, nous sommes en mouvement, cela se répercute sur la santé physique bien évidemment, et engendre des maladies cardiaques, une forte tension artérielle, un fort taux de cholestérol, des problèmes de sommeil, vulnérabilité face aux maladies…etc.

La voie vagale dorsale (Danger de mort) : désespoir, dépression, isolement, c’est le danger de mort, aucun effort ne suffit, et c’est le nerf vagal dorsal qui s’active, une sensation de vide et de fatigue qui débarque, tout semble impossible et dénué de sens, nous sommes renfermés sur nous même, dans l’immobilisation totale, ce qui peut avoir comme conséquence, la fatigue chronique, tension artérielle faible, et le diabète de type2… !

ob_9e0924_theorie-polyvagale-et-psychologie-en.png

Ces trois modes sont notre système de sécurité, mais d’autre part peuvent représenter des obstacles si activés aux mauvais moments, ou avec la mauvaise combinaison !

Ce que cela signifie, c’est qu’on est bien que lorsque les trois modes travaillent ensemble :

  • Ventral-Sympathique : c’est là où l’on est motivé, conscient et prêt à agir positivement, on a une bonne vision, chose qui permet d’avancer, et de vivre pas survivre.
  • Ventral-Dorsal : c’est le recul et le retour à soi, se reposer et se calmer afin de poursuivre sa quête en pleine énergie. 

Nous pouvons percevoir ces combinaisons d’une autre manière, et dire que la voie ventrale est la voie de l’équilibre et du contrôle, dont nous avons besoin quotidiennement dans toutes circonstances. 

Pouvons-nous alors choisir notre combinaison ?

Pratiquer la  méditation/ le yoga, respirer profondément, rire et chanter, se refroidir, et se relâcher, sont des stimulants naturels du nerf vague, aussi les méthodes du stresse-défense et de la cohérence cardiaque, sont des outils pour garder le nerf vague ventral actif.

Etant donné que c’est une théorie assez récente, des formations sont données aux neuroscientifiques et psychothérapeutes, afin d’intégrer cette théorie dans leur thérapie, notamment dans les cas des traumatismes, car les personnes ayant vécu un traumatisme sont en position de se protéger du danger et refusent de se mettre dans une position de vulnérabilité et donc le SNA ne fonctionnent plus d’une façon saine. 

En outre, cette théorie a un impact sur le plan social, cela est du fait d’être conscient et de comprendre le fonctionnement polyvagal, et de pouvoir en quelque sortes se contrôler, augmente l’empathie vis-à-vis l’autre, et donne le sentiment de responsabilité de lui faire sentir la sécurité.        

Ait younes Yousra

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici