Le voyage est un luxe qui fait rêver plus d’un. Après tout, qui ne souhaiterait pas parcourir le monde à la découverte de nouvelles richesses patrimoniales et culturelles ?

Cependant, le fait est que la plupart d’entre nous ont souvent tendance à rechercher ces nouveautés dans des pays étrangers : L’Espagne, la France, l’Italie, et tant d’autres – oubliant très souvent que notre pays à nous, notre belle Algérie, abrite de magnifiques secrets qui ne se dévoilent qu’à ceux qui ont le courage de venir les chercher.

C’est pour cette même raison que nous vous proposons aujourd’hui : non pas un, non pas deux, mais six lieux touristiques de rêve à visiter en Algérie – en espérant que cela vous donne envie de vous lancer dans l’exploration de votre magnifique pays !

1- Le parc National de Gouraya : Une magnifique étendue d’azur

Situé sur la côte orientale de la Kabylie, précisément dans la wilaya de Béjaïa, le parc ouvre ses portes à 1 200 000 visiteurs par an. Ce qui le rend aussi célèbre et apprécié, c’est probablement sa faune et sa flore variée. En effet, même si le périple pour atteindre le sommet peut s’avérer intense, l’effort physique est tout de suite récompensé. D’un côté, par la vue époustouflante qui s’offre à vous : Les eaux cristallines de la mer méditerranée qui épousent le bleu de l’horizon, le tout dominé de près par le mont Gouraya et ses 660 m de hauteur. D’un autre côté, sagement assis sur les remparts Hammadides, ou perchés sur les arbres environnants, les macaques berbères vous accueillent, jouent avec vous et vous permettent de les nourrir.  

Si vous êtes à la quête de paysages à couper le souffle, alors il n’y pas besoin d’aller voir ailleurs !

2- Le Fort de Santa Cruz : Le gardien qui veille sur Oran

Perché sur les hauteurs du mont Murdjajo – ou Aïdour, le fort de Santa Cruz domine à l’est la ville d’Oran, et veille sur elle de sa majesté. À l’ouest, se dresse la baie de Mers ail-Kébir, qui abrite le plus grand port militaire de la Méditerranée.

Érigé entre 1577 et 1604 par les Espagnols, il a été théâtre de batailles sanglantes opposant les Ottomans aux Maures – vassaux des espagnols. Aujourd’hui, cette ancienne cathédrale est un lieu chargé d’histoire et d’échanges, un lieu où les chrétiens et les musulmans prient ensemble, dans le respect mutuel.

Si vous souhaitez visiter un lieu qui regorge d’histoire, profiter d’une vue imprenable sur la Méditerranée et sur Oran El Bahia ; ou bien si vous souhaitez découvrir et vous imprégner des quelques différentes cultures qu’a connu ce lieu (arabo-musulmane, espagnole, ottomane et française), alors le fort de Santa Cruz est fait pour vous.

3- La Kalâa de Beni Hammad : Vestige d’une grande civilisation

Elle est fondée en 1007 par Hammid ibn Bologhine (fils du fondateur d’Alger), qui la fortifie et la peuple avec les habitants de Msila et de Bouira après avoir détruit leurs villes. Elle devient par ailleurs la capitale des Berbères Hammadides. D’ailleurs, Ibn Khaldoun a déclaré à son sujet :

« La Qal’a atteignit bientôt une haute prospérité ; sa population s’accrut rapidement et les artisans ainsi que les étudiants s’y rendaient en foule des pays les plus éloignés et des extrémités de l’empire. Cette affluence de voyageurs eut pour cause les grandes ressources que la nouvelle capitale offrait à ceux qui cultivaient les sciences, le commerce et les arts » — d’après Bourouiba, 1975.

Cette forteresse, bien qu’en partie détruite par les troupes Almohades en 1152, regorge de monuments aussi exceptionnels les uns que les autres, dont il serait dommage de passer à côté, citons-en :

  • La Grande Mosquée de la Kalâa, qui date du XIème siècle, est connue pour être la plus grande en Algérie après celle de Mansourah à Tlemcen. Elle contient également le plus ancien minaret d’Algérie, après celui de la Mosquée de Sidi Boumerouane à Annaba.
  • Le Donjon du Manar, la seule partie du Palais du Manar ayant résisté aux destructions. Il s’agit d’une tour carrée dont la partie supérieure est effondrée. Dans un poème rédigé en 1230, Ibn Hammad vente la beauté sans pareil du Palais du Manar, déclarant : « Reverrai-je les arcades d’El Manar sur des parterres touffus aux joues en fleurs ; on dirait que les coupoles, se levant sur son horizon, sont des étoiles apparues dans le signe du Verseau »
  • Le Palais du Salut, avec sa cour carrée recouverte de dalles en pierres, et les quatre chambres qui l’entourent.

Classé comme patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 1980, ce site archéologique est absolument à voir, notamment pour les amoureux d’histoire qui ne manqueront pas de se régaler !

4- La Basilique Notre-Dame d’Afrique : La chrétienne qui prie pour les musulmans

« Notre-Dame d’Afrique, priez pour nous et pour les musulmans »

Gravées dans l’abside jusqu’à ce jour – en français, en arabe, et en kabyle, ces inscriptions témoignent de la fraternité, ainsi que de l’ambiance tolérante et interculturelle de ce lieu sans pareil. Construite en 1872 par les français colonisateurs, elle a très vite été adoptée par les algériens musulmans qui l’ont surnommé « Lalla Meriem » et l’ont considérée comme leur patrimoine à eux.

Dressée sur un promontoire qui domine non seulement la baie Algéroise, mais aussi, les quartiers de Bab El Oued et Bologhine ; cette cathédrale serait en effet la jumelle de Notre-Dame-de-la-Garde à Marseille. La basilique a été reconnue comme étant un bien algérien, et classée comme monument historique en 2012

« L’effort, plus que jamais nécessaire, pour établir la paix entre les deux grands univers chrétiens et musulmans, trouve donc, dans la basilique de Notre Dame d’Afrique, un symbole éloquent, placé au-dessus du quartier populaire de Bab El Oued et visible dès l’entrée dans la baie d’Alger pour qui s’approche de la ville en bateau. »Henri Teissier, archevêque émérite d’Alger.

5- Timgad : La Pompéi de l’Afrique du Nord

Une cité antique, appartenant aujourd’hui à la wilaya de Batna. Elle a été fondée par l’empereur romain Trajan en 100 apr. J.-C., et même après 2000 ans, la ville de Timgad a été retrouvée exactement comme elle avait été laissée. Son architecture typique à celle du Saint-Empire romain, nous permet de faire un voyage à travers le temps, et d’imaginer la vie à Rome, il y a une vingtaine de siècles. 

Timgad est notamment connue pour être la plus grande colonie romaine en Afrique du Nord.

En visitant Timgad, on y retrouve une poignée de monuments archéologiques appartenant au style architectural des Romains : 

  • Un forum, cœur politique et social de la cité, ainsi qu’un lieu de débats et de négociations
  • Le théâtre : À défaut d’un grand amphithéâtre où se déroulent de sanglants combats de gladiateurs, Timgad possède un théâtre construit dans un style grec, qui offre à ses habitants différentes distractions
  • Les temples, répartis un peu partout dans la ville, et dédiés pour la plupart à Cérès (déesse de l’agriculture) ou à Mercure (dieu du commerce).
  • Le capitole, qui représente le plus grand et imposant monument de la cité.
  • L’arc de Trajan, dressé à l’entrée ouest de la cité. Il s’agit du monument le mieux conservé de tous.
  • La bibliothèque : dressée au cœur même de la ville, il s’agissait de l’unique bibliothèque d’Afrique à l’époque, avec plus de 20 000 ouvrages.

À défaut donc d’aller à Rome, il y en a une chez vous ! Qui plus est, l’accès y est beaucoup moins cher, mais l’expérience ne perd pas de sa magie.

6- Le palais d’El Mechouar : Le cœur de la perle du Maghreb

Là où le roi Youssef Abou Tachfine dressa sa tente lors du siège d’Agadir (ancien nom de Tlemcen) en 1145, la citadelle d’El Mechouar fut bâtie. Quelques années plus tard, en 1248, le palais fut construit à l’intérieur de la citadelle par les Zianides.

Véritable exemple d’art mauresque et andalou – plus particulièrement le style Zianide, le palais d’El Mechouar était le lieu de rendez-vous par excellence des ministres autour du sultan, afin de le conseiller sur les affaires d’État. 

Au début de la colonisation française, l’armée française transforme la citadelle en caserne. La moquée est transformée en église, et le site accueille de nouveaux bâtiments militaires ou administratifs français. 

Tout juste après l’indépendance, le palais d’El Mechouar devient une école des cadets militaires, avant d’être officiellement fermé en 1986, et le site est rendu à la ville.

Aujourd’hui, il s’agit non seulement d’un site historique et touristique, mais aussi le siège de plusieurs associations culturelles et artisanales. 

L’architecture du palais présente une étroite ressemblance au palais de l’Alhambra en Espagne, qui était autrefois la ville jumelle de Tlemcen. Avec sa magnifique fontaine, et son immense jardin, le Palais d’El Mechouar vous offre un moment de calme et de sérénité, où vous pourrez simplement vous asseoir là, au soleil, et contempler les vestiges de toutes ces civilisations passées, qui ont laissé derrière elles une marque solide et intemporelle. 

Notre belle Algérie est un pays d’art et d’histoire. Ces sites aujourd’hui touristiques, ne sont qu’une preuve du grand pouvoir qu’elle exerçait sur les peuples étrangers : Que ce soit grâce aux Romains, autrefois le plus grand empire du monde, aux Hammadides qui ont fait de Béjaïa l’une des cités les plus prospères du Maghreb, ou encore aux Zianides, qui ont révolutionné leur royaume par la science, l’art, et la clairvoyance politique…

Mais ce n’est pas tout, avec sa large côte méditerranéenne, sa faune et flore variées, et ses paysages allant des collines verdoyantes et des hauts plateaux jusqu’aux océans dorés du Sahara, il y en a pour tous les goûts !

Sources : 

Crédit image : IG: iamyoucefdjoudi

Chaymaa Meghebbar

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici