Introduction

Les personnes atteintes du VIH se voient souvent obligées de faire face, non seulement aux multiples tensions psychosociales associées à l’invalidité et/ou à la maladie chronique,  les menaces à l’intégrité et au bien-être physiques mais aussi les difficultés reliées  à l’estime de soi, à l’équilibre émotionnel; à l’accomplissement des activités et rôles sociaux habituels; et le stress lié à la nécessité de s’ajuster à un nouvel environnement physique et social. Mais on n’en parle pas souvent !!

L’infection au VIH 

Le virus du Sida (VIH) pénètre dans le corps par voie sexuelle, sanguine ou est transmis de la mère à l’enfant. Ce virus va ensuite envahir certaines cellules du système immunitaire de l’organisme notamment les macrophages et les lymphocytes T CD4, qui jouent un rôle fondamental dans la défense de l’organisme contre les microbes.

Le VIH se développe et se multiplie à l’intérieur de ces cellules, entraînant leur destruction. La destruction des lymphocytes T CD4 conduit à une détérioration du système immunitaire qui ne peut plus remplir son rôle de lutte contre les infections.

Le terme de sida s’applique aux stades les plus avancés de l’infection à VIH, définis par la survenue de l’une ou de plusieurs des vingt infections opportunistes ou cancers liés au VIH.

Rappelons qu’on emploie souvent le terme infections opportunistes pour décrire ces maladies parce qu’elles profitent de l’état affaibli du système immunitaire pour faire des ravages. On citera la tuberculose, la pneumonie, la toxoplasmose, l’hépatite C …etc. 

Les infections potentiellement mortelles (opportunistes) sont beaucoup moins courantes de nos jours puisque la plupart des patients atteint du VIH prennent des médicaments anti-VIH qui contrôlent leur charge virale, augmentent leur compte des lymphocytes CD4+ et stabilisent et restaurent la fonction du système immunitaire. Cela aide à prévenir les infections dangereuses associées au VIH.

La santé mentale des personnes séropositives  

Bien que le traitement anti-rétroviral soit disponible dans les pays à revenu moyen à élevé et que le risque global de mortalité due aux infections liées au sida ait considérablement diminué, certaines personnes séropositives, même parmi celles qui suivent fidèlement leur traitement et dont le compte de CD4+ augmente significativement, font face à des défis en ce qui concerne leur bien-être émotionnel. De nombreuses personnes séropositives qui ont survécu à la première vague du sida ont encore des problèmes non résolus, dont le fardeau émotionnel causé par la perte d’amis et d’êtres chers, le rejet ou la discrimination de la part de l’entourage.

Nombre de difficultés peuvent se produire, dont la culpabilité du survivant et le trouble de stress et l’anxiété post-traumatique. 

De plus, comme le traitement précoce permet aux gens d’atteindre un âge plus avancé, ils risquent de voir leur réseau d’amis s’amenuiser graduellement et de se retrouver seuls et isolés, ce qui peut déclencher la dépression. Toujours bien répandue, la stigmatisation du VIH impose un fardeau psychologique additionnel aux personnes atteintes, et nombre d’entre elles ne peuvent le supporter sans un soutien adéquat. 

En outre, comme les problèmes de santé mentale et émotionnelle sont stigmatisés dans la société au sens large, les personnes séropositives touchées peuvent avoir de la difficulté à reconnaître les perturbations de leur santé mentale et à chercher de l’aide pour soulager la détresse causée par les problèmes émotionnels.

Comment prendre soin de soi-même en étant séropositif ?

Le remède principal consiste à retrouver l’estime de soi et à être bien entouré. Voici une liste de choses à faire pour prendre soin de soi : 

  1. Trouvez des gens à qui parler

En tant que personne vivant avec le VIH, il vous arrive peut-être de ressentir de la solitude ou de l’isolement. Avec le stress, l’anxiété ou la dépression, votre sentiment de solitude pourrait empirer. Même si cela peut être difficile, c’est un moment où vous devriez faire appel à des amis et à des membres compréhensifs de votre famille ou de votre communauté auprès desquels vous pourrez trouver une épaule pour pleurer, une oreille attentive et une aide pour explorer vos options.

  1. Mangez bien, dormez suffisamment et faites de l’exercice!

De nombreuses personnes vivant avec le VIH constatent que des suppléments de vitamines et de minéraux les aident à maintenir une bonne santé physique et émotionnelle. Et, comme le sait toute personne qui a déjà été atteinte d’insomnie, une bonne nuit de sommeil est également essentielle à notre bien-être émotionnel. L’exercice peut aussi être bénéfique à notre santé émotionnelle. Intégrer une quantité modérée d’exercice dans votre mode de vie est une habitude importante que vous pouvez prendre pour développer non seulement votre musculature, mais aussi votre santé émotionnelle.

  1. Essayez des thérapies complémentaires

De nombreuses thérapies complémentaires et parallèles peuvent soutenir votre santé émotionnelle, soit en traitant le problème à la base, soit en atténuant les symptômes du problème (comme l’insomnie ou le stress). Ces thérapies incluent notamment l’acupuncture, la luminothérapie, l’hypnothérapie et l’aromathérapie.

PS : Il faut souligner que le millepertuis interfère avec le fonctionnement de vos médicaments anti-VIH et n’est donc pas recommandé pour les personnes vivant avec le VIH. Même si elles sont considérées comme naturelles, plusieurs thérapies complémentaires peuvent interagir avec les médicaments anti-VIH, affaiblir leur action ou causer de dangereux effets secondaires.

  1. Demandez l’aide d’un professionnel

En plus du soutien de vos amis, de votre famille et d’autres personnes vivant avec le VIH, vous pouvez demander l’aide d’un professionnel. Un professionnel digne de confiance pourrait vous aider à retrouver la voie de la santé émotionnelle lorsque vous avez l’impression de l’avoir perdue. Notamment : 

* Un psychologue ou un psychothérapeute, qui peut vous aider dans une thérapie par la parole à mieux comprendre vos problèmes et les tendances comportementales que vous utilisez pour y faire face, et à découvrir de meilleurs moyens pour vous sentir mieux.

* Un thérapeute spécialisé en thérapie cognitivocomportementale qui peut travailler avec vous afin de dégager des processus de votre pensée qui aggravent vos problèmes de santé émotionnelle de reconnaître les situations et les éléments déclencheurs et de remplacer ces modèles de pensée négative par d’autres qui sont plus positifs et réconfortants. Il s’agit d’une forme de thérapie très prometteuse pour aider des personnes vivant avec le VIH à développer plus de modèles de pensée plus positive.

N’hésitez pas à soutenir les personnes atteintes du VIH et à adosser les associations qui sont actives dans la lutte contre le SIDA.                                                

Sihem Khelil

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici