Sid Ali Khaldi répond au Tweet de Taoufik Mekhloufi

Le ministre de la jeunesse et des sports, Sid Ali Khaldi, n’a pas tardé à réagir au Tweet posté par le champion Olympique Taoufik Mekhloufi, sur son compte officiel et dans lequel il s’insurgeait : « Voilà quatre mois que je suis toujours bloqué en Afrique du Sud, précisément à Johannesburg. Je suis abandonné, et aucune action de rapatriement n’a été envisagée pour le moment, encore moins une volonté des pouvoirs publics de le faire. Cela démontre que je n’ai aucune valeur ni d’importance en tant que citoyen algérien de surcroît champion olympique qui a défendu dignement les couleurs nationales. Ce sont des mots qui proviennent du fond de mon cœur, je n’ai fait que décrire ce que j’éprouve« .

Dans un message publié sur sa page Facebook, Sid Ali  Khaldi, ministre actuel de la MSJ, écrit: « je suis de très près la situation de notre champion Taoufik makhloufi avec mon staff. Notre dernière discussion avec lui ne date que de quelque jours, je veille personnellement pour lui offrir les  meilleures conditions de vie et de préparation sur place ainsi qu’à tous nos athlètes qui se trouvent à  Nairobi au Kenya et aussi nos nageurs à Montréal au Canada. L’état algérien veille à ce que nos athlètes soient rapatriés dès que les conditions le permettront »

Il a réitéré lundi, sur les ondes de la Radio nationale, son soutien au champion olympique qui « bénéficie d’une bourse de préparation et il se trouve dans de très bonnes conditions« .

« Je comprends parfaitement son envie de rentrer au pays à l’instar de nos compatriotes qui se trouvent bloqués partout dans le monde, mais dire qu’il a été abandonné par les pouvoirs publics, c’est totalement faux« , a-t-il précisé.

Qu’en est-il des autres athlètes ?

À Nairobi, l’ambassade d’Algérie a installé les athlètes envoyés au Kenya par la Fédération algérienne d’athlétisme dans un hôtel, en attendant un éventuel rapatriement.

La délégation algérienne d’athlétisme, composée de 11 personnes dont les deux jeunes spécialistes du 800m, Yassine Hathat et Mohamed Belbachir, a rallié le Kenya, le 10 février et devait le quitter le 15 mars, mais le retour en Algérie a été annulé en l’absence de vols internationaux.

La délégation algérienne venait de bénéficier d’un stage de cinq semaines à l’Institut national des sports du Kenya à Iten, une ville située à 2500m d’altitude et distante de 450 km de la capitale Nairobi.

Amar Benida, l’entraîneur national du demi-fond, déclare que « notre stage de préparation s’est bien déroulé en altitude, dans la ville d’Iten où se prépare pratiquement toute l’élite mondiale de l’athlétisme. Malheureusement, à notre retour à Nairobi, nous avons été désagréablement surpris par la fermeture de l’aéroport international de la capitale kényane« , l’entraîneur s’est déclaré « rassuré » par la prise en charge des athlètes. « Je tiens à rassurer tous les parents d’athlètes. Nous avons été bien pris en charge par notre ambassade à Nairobi et nous sommes installés dans un bel hôtel où les athlètes s’entraînent« . a-t-il précisé.

  Abdelkrim Lallouti

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici