Il est normal que l’on puisse songer que le phénomène du confinement suite à la pénible et affreuse pandémie à laquelle est confronté le monde, soit un sujet de discussion épuisé. Les médias (et pas n’importe lesquels) s’y penchent tous les jours, si ce n’est toutes les heures pour assurer du mieux qu’ils peuvent la mission qui leur est conférée.

Loin de moi l’idée d’apporter un angle de vue nouveau et inédit, nullement abordé auparavant ; il s’agit simplement de traiter (tout au plus) d’une question qui, disons-le n’est pas des plus populaires. Car, en ces temps où l’on paraît devoir trouver de quoi meubler nos journées après avoir accompli nos obligations quotidiennes, j’aimerais attirer l’attention sur une ‘activité’ que l’on semble toujours et encore oublier. 

Je parle là de l’introspection, ou pour être plus explicite et tenter de délimiter l’étendue de ce qu’englobe ce terme : le ‘connais-toi toi-même’ de Platon.  

Et oui ! il arrive toujours à un moment de nos vies où l’on est confronté à cette question tranchante. Loin de pouvoir y répondre par un oui, un non, ou par un ou quelques mots, c’est généralement l’œuvre de toute une vie.  Et en effet, elle l’a été pour nombres de philosophes et d’écrivains qui ont, à travers l’étude de leur personne, marqué le monde et son savoir.

Qui suis-je ? Qui est ce qui se cache au plus profond de moi-même ? Qui est ce ‘moi’ ? Qu’aime-t-il ? Ces questions s’élèvent dans les plus hautes instances philosophiques tant leurs réponses requièrent des procédés longs, périlleux et complexes. C’est pourquoi nombreuses sont les personnes qui fuient cette confrontation. Notre train de vie moderne, qui n’offre quasiment plus ces moments de contemplation où l’on se retrouve avec soi même facilite cette fuite. L’on se retrouve alors à un âge avancé, engagé dans le monde, sans réellement savoir qui l’on est. 

Mais voilà que l’on se retrouve confiné chez soi ; la belle affaire ! L’on s’occupe du mieux qu’on peut avec toutes sortes d’activités. Si l’on ne tombe pas malade, ou quelque être cher à nos yeux, on finit par épuiser nos options, et enfin nous déclarons haut et fort dans toute la maison (si ce n’est pas déjà dans les réseaux sociaux) ‘Je m’ennuie !’ Rare sont ceux (mis à part l’ensemble du personnel médical qui travaille d’arrache-pied) qui peuvent dire le contraire.

Que faire alors ? Eh bien moi je vous le dis, ou du moins je vous le suggère ! Apprenez à vous connaître. Entamez cette aventure interminable qu’est la connaissance de soi. Embarquez-vous dans cet Odyssée, au cours de laquelle vous commencerez à goûter au plaisir de se connaître soi-même. Cependant, gare à celui qui croit que cela est aisé de plonger dans ses propres profondeurs. Courage et rigueur doivent être à l’ordre du jour. Ce n’est ainsi que vous pourrez avoir une chance de vaincre vos démons qui iront jusqu’à vous terroriser. 

Vous avez l’opportunité de commencer tout cela. ‘Commencer’ ? Oui, commencer seulement. Car tant que l’on vit, l’on continue de se découvrir et de se connaître. C’est une question à laquelle l’on ne trouve de réponse qu’aux portes de la mort. Plus on vit, et plus on se connait. Mais comme toute grande chose de la vie, l’important est de prendre cette minute qui constitue le départ. Comme un bouton, elle enclenchera toute la machination qui peut-être un jour vous permettra -qui sait- d’arriver à formaliser une réponse courte et simple à cette terrible question.

Ramy BANFERI
Equipe Rédaction NOMAD

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici