“ Ce que l’on choisit de dire, et ce que l’on choisit de faire, sont critiques face à la lutte contre les génocides du futur.” Theodor Meron, juge et expert en crimes

Que peut-on faire pour prévenir ce type de crimes?

Apprendre l’histoire

Selon Theodor Meron, à l’heure qu’il est, beaucoup d’exemples de massacres continus, ethniques et religieux, défilent devant nos yeux, qui sont en termes légaux, considérés comme “Génocides ». On vire vers une situation d’un nationalisme radical contre les immigrants, les musulmans et les juifs. On doit se méfier des démagogies, qui prêchent la haine contre une ethnie ou une religion. C’est en étant vigilant qu’on peut prévenir une éventuelle répétition de l’histoire, si on oublie l’histoire et si l’on apprend rien de l’histoire des génocides précédents, cette dernière se répétera. Il est également important de désigner les crimes par leur nom, les mots qu’on choisit pour qualifier ces derniers ont leur résonance.

Une re-définition du génocide 

Selon Karen E.Smith, professeure et chercheuse en relations internationales, un génocide est l’une des plus extrêmes violations aux droits de l’homme. Ce terme a été inventé par Raphael Lemkin, un juif polonais réfugié aux U.S.A, et qui a été introduit après les événements de la seconde guerre mondiale, ce dernier a été contesté depuis. La définition du génocide par Raphael.L était beaucoup plus expansive que la façon avec laquelle ce terme a été défini par la convention nationale sur les génocides, qui a par conséquent eu plus d’impact sur comment les gouvernements perçoivent un génocide. Le souci majeur est que cette définition du terme est devenue légale, et de ce fait, le processus de l’identification des génocides est décidé en cour suprême. Utiliser le terme génocide a un effet particulier, lorsqu’on décide de reconnaître qu’un génocide s’est déroulé quelque part, on s’attend à ce que les gouvernements agissent sous une pression sociale. Dans le cas contraire et si on établit que ce qui se passe n’est pas un génocide, aucune pression n’est exercée sur les gouvernements pour agir ou prendre position. Il y a donc un cas d’évitement de l’utilisation du terme génocide en premier lieu.

                                                                                   Yamina Hamidi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici