Parler au passé d’une personne que l’on côtoyait quotidiennement et avec laquelle on a vécu de bons souvenirs a le même effet que d’encaisser des coups de couteau au ventre. Mais finalement il faudra vivre avec et l’accepter… .

S’il existe un processus de deuil commun à tous les deuils. Chaque deuil est singulier, unique, étroitement dépendant des relations préexistantes entre la personne décédée et l’endeuillé. Et c’est la nature des liens d’attachement qui font du mort une personne significative pour l’endeuillé.

Les sept étapes du deuil

Enclencher le processus de deuil est une chose qui vient sans qu’on le demande ou qu’on le planifie.

Le choc : Quand la personne est informée de la perte, elle devient sidérée, sans émotions apparentes ; Elle pense ne pas pouvoir gérer la situation.

Le déni : ‘’ C’est insensé, impossible…’’

L’esprit blackboule l’information. C’est un rejet catégorique et certaines personnes bloquent dans cette phase en refusant de croire ce qui se passe. Ce refus peut se manifester par le fait de préserver la place du disparu à table, laisser sa chambre intacte ou encore continuer à laver son linge.

La colère et le marchandage:

La personne commence petit à petit à se rendre à l’évidence, la perte est bien réelle.

La colère permet de soulager la douleur, le sentiment d’injustice la submerge et comme on dit, après la pluie le beau temps !

Lors du marchandage, on promet au disparu de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir.

La tristesse : Les conséquences de la perte apparaissent concrètement.

Ce moment signe une amélioration psychique, la personne peut même tomber en dépression pour mieux se relever après.

La résignation : ‘’ C’est la vie’’.

L’endeuillé abandonne la lutte contre lui-même et se fait une raison, on ne peut plus rien y faire.

L’acceptation : La réalité ne peut être changée.

L’avenir ne s’avère pas aussi noir qu’avant.

C’est une phase de paix, la personne accepte la perte et commence à penser à son avenir sans le/la disparu.e.

La reconstruction : La souffrance fait place à une nouvelle énergie et une force d’âme hédoniste.

La personne cherche par tous les moyens possibles, à sortir de sa tristesse et s’efforce de s’ouvrir aux autres. Car elle se rend compte qu’elle est entrain de se renfermer sur elle-même et de faire souffrir les personnes qu’elle aime.

Il est important de connaître ces étapes là pour mieux se situer. Ou encore pour soutenir un proche endeuillé et mieux comprendre son comportement, et lui venir en aide. 

Vivre son deuil

Tout le monde ne se sent pas endeuillé au même moment. Il y a des personnes qui mettent du temps à réaliser la perte.

La durée d’un deuil est propre à chacun. Le principal est de veiller à ne pas rester bloqué sur l’une des étapes de deuil. Et accepter la situation afin de mieux se reconstruire. 

Le deuil c’est la rupture d’un lien, un lien d’amour et pas forcément un lien de sang, le processus de deuil peut se déclencher même si la personne disparue n’est pas de notre famille car tout est question de sentiments, donc c’est normal de se sentir mal ou triste en apprenant qu’une personne qu’on connaissait dans le passé, et avec qui on n’a plus contact, n’est plus.

On a parlé de ce sujet qui est lourd, de la manière la plus légère possible, du moins on a essayé car on est toujours mal préparé à faire face à cette souffrance légitime et cette douleur qui envahit notre esprit.

Accepter le départ d’un être cher n’a jamais été chose facile, on se pense inconsolable mais il viendra le jour où l’acceptation restera la seule option et ça vous fera un bien fou !
Un petit cadeau pour vous consoler!

Ghizlène

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici