Nous avons pris connaissance de sociétés qui marquèrent le cours de l’histoire, et dont l’empreinte continue de modeler la vie d’aujourd’hui. Certains s’aventureront à dire qu’il s’agit là du cours normal des choses, et qu’il est question d’une conséquence inespérée et le résultant d’un processus donné, plus que d’un coup planifié et mesuré jusque dans ses probables impactes sur les générations qui les ont suivis.

Il est certes indéniable qu’il existe toujours une part d’incertitude dans l’estimation des conséquences d’une action. Par moments, il s’agit même d’un océan de possibilités qui est plus aveuglant que révélateur. L’homme n’étant pas devin de nature, il ne peut entrevoir de façon claire, le résultat de ce qu’il entreprend. Le mieux que nous puissions faire, c’est de croire en notre instinct, et à une certaine logique de prémonition.

Ce raisonnement concerne particulièrement les mécanismes dont nous soupçonnons une présence future dans les générations à venir. Car une fois encore, il existe des accomplissements qui ont laissé une trace inattendue dans l’histoire de l’humanité. Tout cela ne fait que prouver la complète incertitude dans laquelle se sont trouvées, se trouvent, et continueront de se trouver toutes les générations qui ont changé, changent, ou changeront le monde.

Selon moi, le doute serait aussi intrinsèque au succès que serait ce dernier pour lui-même. Si vous doutez, c’est que vous vous engagez déjà sur la voie du succès. Mais là n’est pas le sujet d’aujourd’hui.

Si nous optons pour une approche dualiste, ce sentiment de doute sera bien évidemment contrebalancé. Mais par quoi ? si ce n’est une puissance qui de par son essence même va buter contre ce dernier. Il est plutôt clair qu’elle ne peut être qu’une certaine volonté de faire. Celle-là même qui emprunte les masques de l’obstination et de la confiance en son devoir, en sa tâche, enfin en son accomplissement parfois millénaire. Mais toute la beauté de ces choses, et ce qui nous fait frémir jusqu’au tréfonds de nos âmes, en découvrant émerveillés, ces accomplissements qui transcendent le temps, n’est pas la simple existence de cette puissance, mais plutôt sa raison d’être. En effet, si nous appelons généralement les faiseurs d’histoire « visionnaires », c’est parce qu’à la base de leur entreprise, ou plus exactement en son cœur même, se trouve une croyance, qui va se charger d’actionner tout ce qui est nécessaire à sa réalisation. La volonté, l’obstination, la confiance, la persistance, le travail harassant, l’échec puis la réussite, la désapprobation et enfin l’acclamation… Tout cela découlera de cette même croyance illuminatrice, centrale à l’histoire de la concrétisation, et qui d’une manière presque miraculeuse prévoit son propre succès.

Ce qui est intriguant à propos de cette croyance, c’est qu’elle prend possession de chacun. Au point où parfois elle devient commune à toute une civilisation, ou mieux encore, toute une génération.

Elle serait, selon mon humble avis, une fois encore, aussi intrinsèque à l’homme que le fait de respirer. Nous pourrons même nous amuser à spéculer que nous respirons précisément pour cette croyance, mais ensuite, la science ne serait pas tout à fait d’accord avec nous… Sans pour autant s’emmêler les pinceaux avec nos éventuels désapprobateurs, concluons qu’elle est essentielle à l’humanité, à tel point qu’elle est parfois présentée comme un fait, tel que le dit Albert Camus dans son discours de réception du prix Nobel de Littérature en 1957 à Stockholm : 

« Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse. »

Il emploie : « sans doute », peut être pour le considérer comme un fait précédemment vérifié, comme il n’est pas improbable qu’il l’ait utilisé pour exprimer une pointe d’ironie, comme on a l’habitude de le lire entre ses lignes.  

Les plus grands bouleversements, les plus grandes découvertes, enfin tout ce qui de près ou de loin nous marque en tant qu’humanité ; auraient-ils tous été enclenchés par cette croyance ? Il n’est en tout cas pas improbable que cela soit le cas. En réalité, chacun de nous connait une success story de ce genre, plus particulièrement de nos jours, avec la constante propagation d’informations. La planète entière est maintenant apte à découvrir ces ‘’miracles’’. 

Autre conséquence du mainstream : l’amplification de cette croyance sur le plan individuel, au profit du plan collectif. L’individualisme n’est certes pas un crime, mais il devient un fardeau, lorsque l’individu se trouve amené à envisager la réalisation de plus grand que soi, pour se mettre au-devant de la scène des réseaux sociaux, et des plateformes de communication. 

La société actuelle nous force à endosser cette croyance, et à nous surpasser pour des raisons moins honorables que celle qui a motivé son existence les siècles passés. En effet, si l’on visait haut, si l’on tenait absolument à se dépasser soi-même en tant qu’individu et en tant que société, ce n’était que pour rendre hommage à la gloire de l’Homme avec un grand « H ». L’humanisme était vertueux malgré les déboires auxquels il conduisait parfois. 

De nos jours, si l’on se surpasse, ce n’est guère pour une quelconque idéologie, et là est toute la tare de l’homme du 21ème siècle. Le matérialisme atteint des sommets, et malgré nos avancées non seulement technologiques, mais aussi philosophiques et littéraires, nous nous entêtons à nous comporter pour les motifs les  plus vils qui puissent exister. Nous innovons dans ce domaine, et en tant que civilisation, en tant que génération mondiale, nous nous surpassons de la plus vicieuse des façons. 

Ainsi peut être allons nous même échouer dans la mission qui est nôtre depuis déjà plus d’un siècle : « …empêcher que le monde se défasse. »

L’un est alors amené à se questionner pour se positionner. D’abord en tant qu’individu, puis en tant que membre de la société dans laquelle il vit. Serait-ce trop moralisateur comme requête pour l’Homme du 21ème siècle ? 

Ramy BENAFERI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici