Comment contribuer au féminisme en tant qu’homme ?

Souvenez-vous de la journée du 8 Mars 2019 ? Où des millions d’Algériens et d’Algériennes sont sortis scander en chœur des revendications communes.

Vu d’en haut, cette image serait considérée d’une beauté inégalable et insufflerait espoir en tout Algériens désireux de voir son pays s’ouvrir à des valeurs modernes et libératrices, loin de certaines traditions archaïques et sexistes.

Mais la réalité est tout autre : Ce jour-là des militantes féministes se sont faites agressées, ont vu leurs banderoles arrachées, leurs revendications diabolisées, jugées comme séparatrices et allant à l’encontre des préceptes islamiques.

Les jours suivants les réactions fusèrent, vagues de soutien çà et là, englouties sous un torrent de haine et d’indignation : la majorité du peuple s’était rangé du côté de l’oppresseur et non des oppressées.

Cette réaction témoigne d’un mal-être profond, d’une frustration inégalée et met en lumière le calvaire au féminin.

Un an après, et selon un rapport paru dans le magazine CEOWORLD, l’Algérie occupe la 104e place en matière des droits des femmes sur 156 pays recensés.

Il suffit d’une rapide inspection de l’état des lieux pour se rendre compte de l’oppression subie par la femme Algérienne, de la part de la société ou de la loi, notamment par le biais du code de la famille reléguant celle-ci au statut de mineure à vie.

Au quotidien, dans la rue ou dans les transports en commun, les remarques désobligeantes affluent au même rythme que les mains baladeuses ; il est commun de voir les femmes considérées comme non pudiques, tenues responsables de la sécheresse, ou des tremblements de terre, chaque bout de peau dévoilé est considéré comme provocateur et serait justificateur d’un harcèlement moral ou physique.

Les féminicides explosent, allant jusqu’à un meurtre tous les 3,4 jours pendant le confinement, faisant au total 24 féminicides depuis janvier 2020. Tout cela, sous un silence assourdissant et mortuaire d’une grande partie de la société.

Face à cette réalité et aux militantes se battant corps et âmes pour la cause féministe, comment peut-on contribuer au mouvement en tant qu’homme, sans chercher à se mettre en avant et s’accaparer la parole des femmes ?

  • Cela passe principalement par une résolution sincère de déconstruction et d’écoute, mais aussi d’une volonté d’acquérir les informations nécessaires à la prise de conscience des inégalités : à travers des lectures féministes, ou d’articles traitant du sujet.
  • L’initiation de conversations entre hommes, loin de toute masculinité toxique et de toute réaction égocentrique, visant à mettre en lumière les privilèges injustement accordés par la culture patriarcale et d’être prêt à s’en défaire, mais aussi de se confronter et d’avoir le courage de s’interposer lorsqu’on est témoins d’harcèlement de rue, tout en faisant attention à ne pas compromettre la sécurité de la victime ou la nôtre, l’une des meilleure techniques reste d’essayer de feindre de connaître la personne agressée et d’initier une conversation avec elle.

‘‘ La libération véritable de l’homme passe par la libération de la femme ’’ – Han Suyin –

Il est aussi intéressant de changer sa vision du féminisme et de cesser de le considérer comme un mouvement visant à diminuer les privilèges masculins, les hommes ont tout aussi à gagner de voir la cause féministe triompher ; le patriarcat impose aussi un rôle inconfortable à l’homme à travers différentes injonctions comme l’interdiction de l’expression saine des sentiments rendant le taux de suicide chez les hommes particulièrement élevé, pour ne citer que celle-ci.

Gardez en tête que la cause féministe est avant tout une cause humaniste !

Les femmes et les hommes devraient se sentir libres d’être sensibles. Les femmes et les hommes devraient se sentir libres de se sentir forts. Il est temps que nous percevions tous les genres avec une perspective qui n’opposeraient pas deux types d’idéaux.

Emma Watson.

                                                                                          Amar Mehdi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici