Comment la première plateforme de streaming au monde est-elle devenue un mal sous-jacent ?

Depuis presque cinq ans, Netflix est devenu une référence en matière de site de streaming. Grâce à un catalogue riche, ainsi qu’une facilité d’accès, cette plateforme n’a pas cessé de s’imposer dans le monde du Cinéma. Ce développement drastique de la firme lui a permis en quelques années de passer d’une simple plateforme de streaming à une maison de production cinématographique. Depuis, elle concurrence directement Hollywood avec ses œuvres originales comme : The Irishman, Dark, The Witcher…etc.

Aujourd’hui, cette plateforme est incontournable dans la société, que ça soit pour le grand public, ou les cinéphiles aigris; Netflix crée un engouement médiatique à chaque sortie de l’une de ses œuvres. Cependant, cette firme s’est aussi illustrée pour son combat progressiste, en prônant la diversité culturelle, notamment celle de l’ethnicité et de la sexualité. 

L’Art au service de la politique ?

Le côté politiquement correct de la firme n’est plus un secret pour ceux qui suivent Netflix depuis un moment. Cette démarche n’est nullement nouvelle dans l’industrie du cinéma. En effet, dès la création de cet art, certains pays, notamment l’Allemagne nazie et les États-Unis ont à plusieurs reprises utilisé ce média à des fins politiques. Comme l’indiquait le réalisateur Fritz Hippler «  En comparaison avec tous les arts, le film par sa capacité à agir prioritairement sur le sens poétique et l’émotion, donc sur ce qui ne relève pas de l’intellect a , d’un point de vue de la psychologie des masses et de la propagande , un effet particulièrement profond et durable. » Cette facette du cinéma s’est imprégnée encore plus aujourd’hui et est omniprésente dans les nouvelles productions cinématographiques. Les stéréotypes et les clichés sont utilisés de manière récurrente, afin de combattre les idéologies adverses.

Un mal plus profond ?

La machination de Netflix si on peut nommer cela de cette manière, ne s’arrête pas seulement ici et va encore plus loin. Avec cette philosophie de standardisation, la firme tente à tout prix de noyer le spectateur dans un flot d’idéologies pour le laisser se perdre, tout en subissant une déconstruction de ses valeurs. Comment ce procédé s’opère me diriez-vous ? Et bien, une diffusion à la longue d’une même idée ou d’une même image type affecte la conception de l’humain qui finit avec le temps par l’intégrer dans sa réalité, puis l’accepter. Un des cas les plus flagrants est la représentation des minorités LGBT, à travers des personnages dans les séries et films. En comparant avec l’ancien cinéma, la représentation d’homosexuels était quasi-inexistante, ou tout juste une présence subtile. Cependant, avec Netflix aujourd’hui, le spectateur est sûr de découvrir dans un film ou une série : un homosexuel, un quota, une femme féministe…etc. Cette utilisation forcée des minorités entraîne une dégradation constante de l’art qui se trouve par ailleurs otage de la Doxa.

Temple Du Livre 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici