En cette période de pandémie de coronavirus, les Algériens ont de plus en plus tendance à aller vers des compléments alimentaires, car on imagine qu’une prise de ces substances pourrait « booster » le système immunitaire et donc procurer une certaine prévention, mais a-t-on véritablement besoin de ces compléments ? Et qu’est-ce qu’on en sait vraiment ?

Pour le moment il n’y a pas de corrélations solides entre la prise de compléments alimentaires et une éventuelle prévention contre le Covid-19, mais certaines études ont mis en avance la relation de l’évolution de cette maladie avec un oligoélément indispensable qui est le zinc et la vitamine D.

L’intérêt que portent ces études à l’égard du zinc est lié à sa probable contribution à la perte de goût et d’odorat ainsi que dans le mécanisme anti-inflammatoire. La vitamine D quant à elle, est intéressante par rapport à l’association de sa carence à la sensibilité aux infections aiguës des voies respiratoires. 

Quel est l’impact de la « Prévention » ?

Zinc, vitamine C, vitamine D ou carrément des cocktails vitaminiques, la consommation de ces produits soulève la question quant à leur mode d’administration, fréquence de prises, interactions médicamenteuses et leur toxicité par accumulation.

Il faut savoir que des cures prolongées peuvent présenter un risque sous-estimé notamment chez les populations à risque (femmes enceintes et sujets âgés) car un surdosage ou des prises concomitantes de différents produits pourraient avoir des conséquences assez troublantes sur le plan physiologique.

Qu’est-ce qui est utile à savoir ?

Zinc

Les besoins journaliers en zinc sont de l’ordre de 12mg/j. Il faut privilégier la forme citrate ou picolinate, le prendre à distance des antibiotique (de la famille des cyclines et quinolones),  médicaments contre l’ostéoporose et ceux destinés à neutraliser l’acidité de l’estomac ainsi que d’autres compléments alimentaires comme ceux qui contiennent le cuivre et le fer. Son administration est totalement proscrite chez des sujets cancéreux ou susceptibles de développer des surinfections bactériennes.

Vitamine D

En ce qui concerne la vitamine D, on préfère généralement la vitamine D3 à la vitamine D2, il faut noter que la surveillance de son taux sérique est indispensable chez les sujets hypercalciuriques, lithiasiques, ou porteurs de granulomatose en cas de carence confirmée.

Enfin, il faut respecter les doses mentionnées par le pharmacien ou le médecin et éviter l’automédication.

Les bons gestes au quotidien !

Une supplémentation via ces compléments n’est généralement pas nécessaire si on privilégie une nourriture saine et équilibrée, une exposition quotidienne au soleil (fenêtre ouverte) et une activité physique régulière.

« La prévention est une sage précaution qui préserve de l’incertitude de la guérison » Patrick Louis Richard.

Sources :

  • ANSES :Agence nationale de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail
  • AANM : Association Algérienne de Nutrition Maghrébine 

                                                                                           Katia Kheffache

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici