Contrairement aux précédents scrutins ou le vote de l’émigration algérienne donnait le tempo avec une forte participation, le pouvoir algérien a essuyé une véritable gifle avec le rejet quasi-total et l’abstention massive de la communauté algérienne établie à l’étranger des élections présidentielles du 12 décembre.

Des milliers d’algériens à travers les quatre coins de la planète ont manifesté leur rejet de cautionner le viol électoral que le pouvoir veut mettre en place. Mardi 10 décembre, la maire de Lille, Martine Aubry a procédé à la fermeture de trois bureaux de vote dans sa localité. Elle suit une tendance générale dans plusieurs capitales occidentales, contrairement à Paris où, comble de l’ironie, les autorités algériennes ont eu recours à la police française pour sécuriser les bureaux de vote. Il fallait présenter un passeport algérien et la carte de vote pour les agents de police française pour accéder à l’intérieur des consulats algériens. Les discours creux de la non-ingérence ont fondu comme neige au soleil. Les encadreurs des élections et les rares votants se cachaient le visage de honte d’être reconnus. Ce qui renseigne sur les convictions profondes de ses auteurs.

La mobilisation et la détermination des nos-compatriotes ont fini par porter leurs fruits. Ceci en contradiction totale avec les images et la couverture médiatique assurées par la télévision publique algérienne et ses dérivées partielles qui sont les chaînes dites  » privées « . Ces dernières s’enferment dans un déni total de réalité et continuent de sombrer dans une propagande nauséabonde et dans le culte moyenâgeux de la personnalité.

Le peuple algérien, dans sa majorité et dans un élan de communion et réappropriation de son destin collectif, est conscient des enjeux et de la gravité de la situation. Il n’est pas sorti dans les rue depuis le 22 février dernier, bravant la pluie et la chaleur, pour uniquement changer M. Dupont par M. Dupont. Ses revendications s’inscrivent dans une démarche de refondation de l’état et la nation algérienne.

IBM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici