Qui de nous n’en a jamais rêvé au fond de lui ? quel être humain sur terre ne s’est jamais perdu dans ses pensées, sans contrainte, sans obstacle, avec la force de faire ce qu’il veut et le sentiment que personne n’est au-dessus de lui, c’est ce qu’on appelle la liberté. 

Chez nous, cette liberté n’existe pas, nous croyions l’avoir arrachée il y a 58 ans, au prix du brave sacrifice de tout un peuple, au prix d’un million de morts, au bout de 132 ans de torture de meurtre et de terreur. Mais l’ennemi d’aujourd’hui est bien pire que celui d’hier, il est plus malin et plus dangereux, il feint d’œuvrer pour notre bien, d’être des nôtres, il suffit cependant de voir l’état de nos institutions, de notre appareil judiciaire pour se rendre compte de la supercherie. 

Et si le 22 février 2019 nous a donné un enseignement, c’est que le peuple algérien dans sa majorité écrasante est conscient que tout ça n’est que façade, il exprime chaque semaine depuis bientôt un an qu’il a soif de liberté, de savoir et de développement, qu’il veut être libre d’exprimer ses idées, de contredire et de débattre sans qu’on lui brandisse les idioties habituelles de main de l’étranger , de revendiquer son identité et d’en être fier sans qu’on être systématiquement qualifié de traître de la nation et sans lui attribuer l’intention de diviser le pays, et surtout être libre de choisir ses représentants et ses dirigeants, de décider comment son pays sera gouverné et de s’assurer que les personnes qu’il élira démocratiquement serviront ses intérêts en premier, et rien que pour cela, je suis profondément persuadé que cette révolution ne cessera pas tant que nous n’aurons pas arraché la liberté que nous voulons tant.

Alors en ces jours de fête du nouvel an amazigh, il ne me reste plus qu’à souhaiter la meilleure des années à tous les hommes libres de nos terres.

Sidali CHENIK

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici