Une touffe de cheveux blonds et un air malin désinvolte; de ses petites mains se forment et se déforment des parties de corps humains déchirées et sanglantes. Des atrocités plus vraies que nature, que certains hésiteraient à regarder deux fois ! S’acharnant à mettre l’accent sur les détails les plus morbides et s’amusant parfois de vos pires craintes, cette jeune femme ne recule devant rien pour aller jusqu’au bout de sa passion que l’on pourrait qualifier … d’étrange ! 

La laideur est une forme d’art !

Si longtemps la beauté a été adulée, vénérée et figée sur les murs des plus grands musées du monde, la laideur, elle aussi, a su tirer son épingle du jeu de la séduction de ses contemplateurs ! Qu’elle ait traitée de la souffrance psychique telles que certaines œuvres de l’artiste peintre Van Gogh ou qu’elle fût expressive et révélatrice comme les autoportraits d’Egon Schiele, la laideur peut devenir à force de toisement une nouvelle référence qui incombe à nos esprits la fracture de toute idée reçue sur l’harmonie. Après tout, qu’est-ce que l’harmonie ? Si ce n’est un accord doux et apaisant de formes et de couleurs qui nous font face, un édifice familier qui se veut rassurant et sans risque. Et si l’harmonie était retrouvée dans le dérangeant, dans l’instable ? Et si le nouveau challenge de ce terme était de trouver satisfaction et plaisir à regarder les pires démences jamais inventées ?!

D’ailleurs, la fascination pour « Le singulier » s’est manifestée -et se manifeste encore- des cirques moyenâgeux où étaient exposées des femmes à barbes ou des personnes à quatre jambes jusqu’aux films d’horreur contemporains de plus en plus soucieux de l’authenticité des détails. 

Pas de baguette magique, juste des pinceaux …et du talent ! 

Il se pourrait que l’inventivité dans les histoires paranormales – et autres – s’épuise un peu. Rien d’étonnant, vu le nombre de films que compte l’industrie de l’horreur et la quantité faramineuse de sujets abordés à cette sauce. Du coup, l’intérêt du public se rabat inconsciemment sur la façon dont est abordée l’histoire, le jeu des acteurs, la concordance des événements mais surtout la qualité du décor, des déguisements et des effets spéciaux.             

Les artistes se fascinant pour cette cause émergent plus nombreux chaque année, se boostent à coup de tutoriels internet et de palettes professionnelles. Mais combien d’entre eux font mouche ? Combien d’entre eux réussissent à attiser la curiosité de leur galerie ? À faire durer et vivre leur art à travers le temps, combien d’entre eux ont réellement un cachet qui leur est propre ? 

Lamis, la maquilleuse illusionniste d’Instagram

De nouveaux classiques de l’effroi, c’est ce que s’attèlent à sculpter ces artistes et l’Algérie est loin d’être mise sur la touche quant à cette nouvelle tendance. En effet, notre pays a également la chance de compter à son actif un grand nombre de fascinés dont Lamis Khaled, une jeune femme de tout juste 22 ans qui, en plus de ses études universitaires, s’est consacrée au musée de l’horreur. Une passion qu’elle fait grandir depuis plus de 5 ans et qu’elle nourrit quotidiennement de travail acharné et d’innovations de tout genre. 

Extravertie et sympathique, cette artiste Constantinoise invite ses abonnés à rejoindre son univers déroutant à travers ses Stories quotidiennes et ses œuvres déglinguées. On le voit clairement, la jeune fille a plus d’un tour à son sac : visages bousillés, écorchures profondes, bouts de peau béants et mains sanglantes ! Âmes sensibles s’abstenir, si vous êtes dans l’incapacité de supporter une telle variété de démence. D’ailleurs, son travail commence à se faire remarquer, il n’est pas improbable que vous la croisiez sur un tournage télévisé ou dans les coulisses d’une soirée Halloween en tant que maquilleuse professionnelle ! 

Une artiste au sens propre du terme : 

La logique voudrait que cette jeune femme se focalise uniquement sur le maquillage et la qualité du faux sang qu’elle confectionne, et bien non ! Cette dernière se passionne également pour le dessin et la sculpture : un demi visage de troll grisâtre flanqué sur le sien, qui vous donne la chair de poule ou des narines abusivement grandes qu’elle s’amuse à modeler avec dextérité pour le plaisir des gourmets de l’absurde ! Vous l’aurez compris, l’excentricité de Lamis n’a d’égal que son talent !

On ne se lasse vraiment pas en visitant son profil que je vous invite vivement à aller scruter !

                                                                                               Bouherid Anissa

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici