Un bébé Reborn est une poupée en silicone soigneusement travaillée qui est sensée être la réplique exacte d’un nourrisson ; cette dernière est un outil thérapeutique qui est utilisé chez les personnes atteintes d’Alzheimer comme chez les femmes ayant subi des fausses couches.

Combler l’absence de bébé qui n’est plus…

Le sourd chagrin d’une maman lors de la perte de l’être qui est en elle est indescriptible, cette perte génère beaucoup d’anxiété chez les concernées et malheureusement la prise en charge n’est pas tout à fait efficiente.

Se retrouver avec des habits de nourrisson, un berceau, toutes sortes de gadgets et un ventre vide joue sur le moral ; pour certains c’est banal pourtant ça dissimule une atroce détresse.

De manière à aller de l’avant, quelques femmes ont opté pour la méthode des  Bébés Reborn pour compenser la perte traumatisante : 

« Du coup, je me suis tournée vers les « reborn » et j’ai privilégié cette thérapie plutôt que la prise de médicaments », raconte Deborah Dubourg. 

Cette poupée qui lui a couté 450 € l’aurait, selon elle, guérie. « En l’espace de deux ou trois mois, j’ai repris goût à ressortir, à me dire : ‘Au pire, tu as ton petit bébé à la maison si tu as un coup de mou.’ J’ai fait mon deuil du bébé que j’ai perdu », ajoute la jeune femme.

Ce faux bébé qui apporte un bien-être aux personnes atteintes d’Alzheimer.

Selon Pauline Hervieu, psychologue spécialisée en gériatrie (médecine de la vieillesse), les mémoires des personnes atteintes de maladies neuro-dégénératives sont affaiblies, néanmoins leurs mémoires émotionnelle ou effective sont susceptibles de durer plus longtemps.

Ce qui fait que l’expérience d’un malade d’Alzheimer d’avoir un bébé dans les mains va lui apporter du réconfort et un bien-être harmonieux.

Pourquoi pas en Algérie ?

Cette pratique est de plus en plus populaire surtout en Europe, effectivement, la prise en charge des mamans en détresse ou encore des malades d’Alzheimer n’est pas très satisfaisante et les artistes en Algérie ne manquent pas !

Cela créera de l’emploi et en même temps réconfortera plusieurs âmes.

Par contre, la confection de ces poupées demande de la patience car chaque détail doit être consciencieusement travaillé afin d’avoir un résultat plus vrai que nature.

Petite mise en garde pour les mamans, cet outil est utilisé pour aider lors du processus de deuil, mais pas pour vivre dans le déni total de la perte de bébé !

‘’Mais jouer à la poupée quand on est adulte, et dans ce contexte, n’est pas sans risque’’, prévient la psychiatre Christine Barrois. « Les écueils de ce type de comportement, c’est d’éviter, et d’être dans le déni du deuil, c’est-à-dire j’ai un leurre qui me fait croire que je ne suis pas en deuil puisque je m’occupe d’une poupée », analyse la spécialiste.

Ghizlène

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici