Qui parmi nous n’a pas posé ce genre de questions, quelles langues devrai-je apprendre ? Ou qui parmi nous n’a pas fait recours aux moteurs de traduction parce qu’il n’a pas compris un mot, une expression ou un discours. Dés lors des questions s’imposent : est-ce que les exigences de la vie et la mondialisation nous obligent à apprendre certaines langues ?  Ou un minimum de mots nous suffira ?

Combien de langues parlez-vous ?

Beaucoup d’entre nous ne savent pas combien de langues ils maîtrisent, sont-ils bilingues, monolingues ou un polyglottes. D’après Ducrot la langue est un mode de vie social, donc pourquoi ne pas considérer les galimatias, les dialectes et même les patois comme des langues. Et de cette façon sera-t-on tous des plurilingues ?

L’anglais résiste-il autant que langue « planétaire » ?

Chaque jour, des langues meurent et d’autres naissent et entre cette survivance et cette résurgence, des mots évoluent tout en acquièrent d’autres sens et d’autres deviennent archaïques. Calvet a mentionné qu’il n y a pas un baromètre qui mesure quelle langue pèse plus et quelle langue pèse moins mais c’est l’usage qui permet l’évaluation des langues.

Les langues en conflit en Algérie

L’Algérie est un pays pluridisciplinaire par excellence, un algérien peut facilement intégrer dans son parler l’anglais, le français, l’arabe et même le turque vu l’Histoire de l’Algérie et le contact des langues.

Le statut des langues en théorie diffère largement de celui en réalité, l’arabe par exemple, est la langue officielle alors que dans l’administration on pratique le français. En sus, la langue Tamazight est une langue officielle alors qu’elle n’est même pas enseignée et totalement absente sur les pancartes et les panneaux des routes où au contraire, on conçoit la présence de la langue arabe et française. Quelle est donc le statut de cette langue par rapport aux algériens ?

L’enseignement de l’anglais au primaire est-il faisable ?

Beaucoup souhaitent que l’anglais soit introduit dès le cycle primaire. Mais la question qui se pose, un étudiant qui ne maîtrise pas parfaitement l’arabe ni le français peut-il apprendre l’anglais et atteindre le statut d’un polyglotte et d’un plurilingue à un âge si jeune ?

BENZETTA Madjda

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici