Les conditions générales de la vie en Algérie ont grandement changé depuis la post-colonisation, autant sur le plan social que sur le plan économique ou politique. À l’occasion de la journée internationale de la famille, nous allons, à travers cet article, nous baser plus particulièrement sur l’aspect social et surtout familial en Algérie.

L’Algérie a toujours offert une image de la famille très traditionnelle, conservatrice et hiérarchisée selon une structure bien précise, avec des distributions de rôles bien définies où hommes et femmes doivent assumer leur parts de responsabilités qui, si jamais non respectées, peuvent conduire à la rupture de l’équilibre de la société. L’homme s’étant toujours occupé de subvenir aux besoins de ses siens en travaillant à l’extérieur et la femme avec le rôle de la prise en charge des enfants et l’entretien de la maison.

L’éducation des enfants était essentiellement basée sur l’importance de préparer chacun, garçon comme fille, à leurs futurs statuts de père ou de mère. Même le rôle des parents était bien structuré, pour la mère l’affection et l’amour, et pour le père l’autorité et le contrôle.

Cela dit, la famille Algérienne, depuis la fin de la colonisation, a subi bon nombre de bouleversements dans ses traditions dont la femme et l’évolution de son statut au sein de la société. La femme d’autrefois n’était destinée qu’à s’occuper de sa maison et de sa famille, aucune décision ne lui était accordée dans le système traditionnel et était sous l’emprise totale de son époux.

Petit à petit, elle a su prendre une place au sein de la société en tant qu’être à part entière et pas seulement en tant que femme dirigée par son époux, son père ou son frère, même si l’idée de la liberté totale ou de l’égalité entre homme et femme semble être encore très loin, néanmoins elle a fait un parcours assez impressionnant. Ces dernières renoncent de plus en plus à leurs statuts de femmes au foyer pour explorer de nouveaux terrains, jadis, pas très grandement appréciés, tels que l’éducation et le travail.

Aujourd’hui, la femme moderne occupe des fonctions toutes aussi importantes que l’homme, que se soit dans une usine, une école, un hôpital ou quelconque autre secteur, elle est médecin, professeur d’université, avocate, journaliste, architecte, membre de parlement politique… et bien d’autres encore. Elle assume ses fonctions avec sérieux et dévouement, tout en continuant toujours à assurer son rôle dans sa famille, afin de maintenir l’équilibre familial qui serait perdu sans elle.

Il y’a aussi la baisse considérable des taux de naissances, due aux mariages beaucoup moins précoces qu’auparavant, la femme est plus concentrée sur son instruction et sur sa carrière, et son avenir ne repose plus seulement sur le mariage.

Bien sûr, le changement du statut de la femme n’est pas la seule cause de la modernisation de la famille Algérienne, il y’a aussi l’industrialisation et l’urbanisation, qui ont encouragé l’exode rurale, où les familles quittent leurs zones rurales pour s’installer dans des zones urbaines afin de trouver du travail dans des entreprises modernes, des appartements et un mode de vie plus facile, ce qui a provoqué l’effondrement de la structure de la famille traditionnelle. Il y’a aussi le développement du salariat, l’échange et l’ouverture à de nouvelles idées via les multimédias, les réseaux sociaux, etc …

Bien que les traditions aient beaucoup changées, certaines caractéristiques sont bien restées ancrées dans la plus part des familles Algériennes, notamment la religion qui est restée le pilier principal de la société. La ségrégation, les préjugés et la culture patriarcale quant à eux, persistent toujours.

Entre valeurs traditionnelles et valeurs modernes, il est difficile aujourd’hui pour l’Algérie de faire un choix, la meilleure des solutions serait de conserver les deux aspects et de les fusionner de manière harmonieuse selon l’heure actuelle.

Sabrina BELGHANEM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici