Des trousses de maquillage gargantuesques qui débordent de produits, des Feeds Instagram qui mettent en valeur des cosmétiques de rêves en quantité exorbitante et des Youtubeuses oniomanes qui attisent la curiosité des potentiels abonnés avec leur fameux «  beauty room tour »… autant dire que la Fast Beauty et la consommation effrénée de la beauté sont devenues un véritable fléau, stimulé par l’industrie cosmétique qui rivalise, à chaque saison, d’innovations à travers ses nombreuses marques mondiales, les « beauty junkies » ou les « accros au maquillage » n’hésitant pas à mordre l’hameçon des dernières tendances beauté.

Alors, qu’est-ce que le phénomène de la « Fast Beauty » ? Et surtout, peut-on considérer le monde de l’influence comme un véritable stimulus de la surconsommation ?

La « Fast Beauty », une tendance digitale ! 

Contrairement au mouvement « Slow Beauty » qui adopte plutôt une consommation raisonnable et saine des produits bio et du cosmétique naturel, convoitant ainsi des routines plus saines et plus écologiques, la Fast Beauty elle,  prône une consommation rapide et une réactivité aux tendances qui ciblent des consommateurs jeunes et connectés. Un mouvement dont le principal pilier est les réseaux sociaux, basé sur les partenariats éphémères avec des macro ou micro « influenceurs » dont le choix se fait minutieusement afin d’avoir une cohérence entre le produit et le contenu proposé et ainsi, créer une interaction marque-consommateur fiable.

L’influence est-elle un stimulus de la surconsommation ?

En réponse au développement de la numérisation des consommateurs et à l’apparition de la vague des réseaux sociaux et de la culture de l’influence, une nouvelle ère a connu le jour, celle du marketing d’influence, devenue incontournable pour diverses marques qui profitent de la notoriété et du poids des influenceurs pour accéder à une grande crédibilité et donc commercialiser de manière pertinente l’ensemble de leurs produits. Des collaborations et des sponsorisations mettant en jeu des centaines de produits gratuits chaque mois ! Ces sponsorisations sont jugées taboues par certains créateurs de contenu qui refusent catégoriquement de les dévoiler à leur audience et préfèrent les garder secrètes par peur de perdre la transparence de leur propos, nuire à leur image et donc léser la confiance de leur communauté.

Les gourous de la beauté également connus sous « les Beautubers » sont des vidéastes amateurs devenus professionnels et qui constituent l’une des bases d’influenceurs les plus visées par les marques et qui entretiennent une relation de proximité avec leurs audiences. Suite à leurs partenariats, ces derniers reçoivent constamment des cartons pleins de nouveaux produits à tester et à promouvoir. Des vidéos « Unboxing », « Haul maquillage » et « Crush test » qui stimulent l’avidité de l’audience à en consommer plus par imitation de leurs idoles.

La manie de l’achat beauté !

En quelques années seulement on est passé de l’achat d’un simple rouge à lèvres et d’un mascara à une véritable chasse au trésor avec multiples articles de textures, couleurs et usages variés, un ensemble de 5, voire 6 produits pour avoir un teint de déesse ! En allant du fixateur, fond de teint, poudre libre …..

Une industrie soumise aux diktats des tendances et des marques qui vendent du rêve et qui ont réussi à gagner la confiance de leurs clients grâce à une stratégie numérique qui se tourne vers des leviers d’action nouveaux qui suscitent l’intérêt du consommateur.

Pour résumer, un mode de vie minimaliste et équilibré désigne la clé pour mener une vie prospère, il ne s’agit pas de qui possède le plus, mais plutôt de qui est en paix intérieure.

« Prétendre contenter ses désirs par la possession, c’est compter que l’on étouffera le feu avec de la paille » Proverbe chinois.

Crédit photo : Lauren Alexa ( @thecovetco ) / Freepik

Collage: Boudechiche Sarah 

Boudechiche Sarah 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici