Bon marché, les cigarettes de contrebande, qu’elles soient brunes ou blondes, piègent de plus en plus de jeunes algériens, menaçant ainsi leur santé mais aussi l’économie du pays. En effet, n’étant déclarées ni à l’achat ni à la vente, ces drogues causent des pertes fiscales énormes pour le gouvernement Algérien. 

Une composition doublement toxique:

Accrochez-vous bien, vous n’êtes pas au bout de vos surprises !

Mis à part les substances toxiques que l’on trouve dans les cigarettes classiques, la composition des cigarettes de contrebande est de loin diablement plus toxique ! Des analyses effectuées dans un laboratoire français ont détecté  la présence de trois fois plus de cadmium et d’arsenic, sept fois plus de mercure et huit fois plus de plomb, mais également des cheveux, du ciment, du plastique, des poils et excréments de bêtes, ainsi que d’autres “substances” qui n’ont pas lieu d’être. 

Origines:

La majeure partie des vendeurs ne le savent pas. Certains paquets sont simplement la copie conforme d’une marque connue, incluant même le fameux message anti-tabac,  d’autres sont des marques fictives dont le design ressemble fortement à celui d’une marque populaire.

Motifs d’achat:

“C’est une question de prix, la plupart des jeunes ne peuvent pas se permettre un paquet de Marlboro à 300 DA’’, confie Amine, un ex- vendeur. “J’achetais la cartouche de cigarette de contrebande à 600 DA et je revendais le paquet à 160 da, un gain de 200% contrairement aux marques célèbres comme Marlboro’’.

“je vends les cigarettes de contrebande à 180 da le paquet’’ déclare quant à lui un buraliste à Oran.

D’après le graphe ci-dessus, trouvé le site combien.coûte ? , le prix des cigarettes à Alger est en hausse continue et aucune diminution n’est au programme. En sachant que nos jeunes consomment au moins un paquet par jour, nous vous laissons faire les calculs…

prixx.PNG

Retombées sur l’économie Algérienne:

L’état perd assez de recettes fiscales à cause du marché informel, dont la vente des cigarettes dites bon marché. On parle de dizaines de millions de dinars, ce qui n’est pas à négliger vu la précarité actuelle de notre économie.

Ce phénomène se renforce à chaque augmentation du prix du tabac. L’état devrait-il revoir les prix à la baisse ? Minimiser les taxes ? Ou au contraire, prendre des mesures drastiques et emprisonner les vendeurs de ces fausses cigarettes ? 

Mieux vaut nager là où l’on a pied:

Certes, fumer tue, mais fumer de la contrefaçon rend cette mort beaucoup plus douloureuse et surtout prématurée. Il est préférable de connaître la provenance et la composition des cigarettes que nous consommons car en négligeant ces détails, nous ne nous offrons pas à la mort mais au suicide !

Est-ce que ces petits plaisirs corrompus valent vraiment la peine de sacrifier nos vies et la santé de tout un pays ?

Ghizlène.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici