La question du ramassage des ordures dans nos villes et nos quartiers pose un sérieux problème aussi bien pour la salubrité publique, mais surtout pour la beauté de notre paysage urbain. Ce dernier est défiguré par les déchets ménagers qui traînent n’importe où et qui causent des problèmes de santé publique. Quelles sont les causes de cette situation ?

Problèmes d’ordre technique

Il est tout d’abord important de relever les difficultés logistiques et techniques à régler pour cerner le problème et y apporter les réponses adéquates. La gestion du ramassage des ordures est de la responsabilité des collectivités locales, la commune en premier lieu et la wilaya à moindre échelle.

La gestion communale est encore défaillante non pas pour la raison que les responsables seraient tous incompétents, mais aussi parce que la charge pesant sur elle est trop lourde. Il n’existe en Algérie que 1541 communes pour 48 wilayas (prochainement 58 wilayas) pour plus de 44 millions d’habitants. L’effectif des éboueurs employés par les communes est très faible avec seulement 100.000 postes d’éboueurs. Il y a donc un ratio de 1 éboueur pour 440 personnes de 65 par commune. Cela explique pourquoi les mairies se retrouvent dépassées dans ce domaine.

Ajoutons à cela le manque de l’industrie de recyclage proportionnellement au rythme de consommation de la société algérienne. L’Algérie est par exemple classée 5ème consommateur de plastique dans le monde. Depuis quelques années, le retard se rattrape dans le domaine du recyclage mais il reste encore du chemin à faire.

La faute du Citoyen ou des autorités ?

Les pouvoirs publics en général et les collectivités locales en particulier portent la plus grande part de responsabilité du fait que la gestion est de leurs prérogatives et qu’ils n’ont pas mis assez de moyens pour gérer le phénomène de l’accumulation des déchets. Néanmoins, on ne peut éluder la responsabilité des citoyens et le manque de civisme évident que nous constatons au quotidien et dont il est inutile de citer les exemples. Le manque d’endroits où jeter ou le manque d’effectif n’est en aucun un justificatif pour se permettre de salir l’environnement dans lequel on vit soi-même.

Le bon citoyen est celui qui est conscient que sa ville et son pays sont sa propriété, ainsi que celle de ses concitoyens et non celle du maire, du Wali ou du ministre.

Yacine Chibane

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici