Il est 6h du matin, la mosquée s’est réveillée, l’appel à la prière est prononcé, c’est le début d’une belle journée automnale en Algérie, mais pas n’importe laquelle…

Nous sommes le 12rabîʿ al awal 1442, une journée spéciale s’annonce puisque c’est l’anniversaire de notre très cher prophète (‘alayhi salat wa salam) de son nom complet Abū al-Qāsim Muḥammad ibn ʿAbd Allāh ibn ʿAbd al-Muṭṭalib ibn Hāshim.

Petite biographie 

Allah تعالى dit : « Certes, Dieu et ses anges prient sur le prophète ; ô vous qui croyez prier sur lui et adressez-lui vos salutations » (Sourate Al-Ahzab, verset 56)

Mahomet est le dernier des prophètes et le messager de Dieu à l’humanité avec la dernière des religions monothéistes, l’Islam.

Il est né en 571, l’an dit de l’éléphant (‘Am Al Fil), son père Abdullah Bnou ‘Abd al-Muttalib épousa sa mère Amina Bint Wahab et mourut jeune avant même qu’elle ne donne naissance au prophète.

Mohammed fut confié à Halima Saadia (sa nourrice). À l’âge de 6 ans, sa mère mourut, il fut alors confié à son grand père ‘Abd al-Muttalib et à la mort de ce dernier à son oncle Abou Talib.

Dès sa jeunesse, Mohamed fut connu par sa grande sincérité, de ce fait, on le surnomma « Al Amine ».

À 25 ans, il épousa Khadija, une riche dame de Quraych, elle fut non seulement sa première femme mais aussi la première personne à se convertir à l’Islam.

À 40 ans, l’ange Jibril (Gabriel) lui rendit visite avec le message de Dieu. Les premiers versets du Coran qui furent dévoilés au prophète furent ceux de Sourate Al-Alaq. La révélation de la parole d’Allah au prophète par l’intermédiaire de Jibril dura 23 ans.

Mohamed commença à prêcher la parole de Dieu et appeler les gens de la Mecque à se convertir à l’Islam, ce qui déclencha la colère de Quraych. Le prophète fut donc obliger de quitter la Mecque avec ses fidèles en direction de Médine (Yathrib) où furent établies les fondations de l’état musulman et que furent entrepris les combats qui devaient conduire par la suite à vaincre Quraych et à répandre la religion musulmane à la Mecque et à la plupart des tribus arabes avoisinantes.  

Après son pèlerinage appelé,  « Hajjat Al Wada », le prophète (SWS) tomba malade et mourut le 8 juin 632 qui correspond à Rabi’ al-awwal de l’an 11 de l’Hégire.

L’occasion de se remémorer une histoire 

Durant cette journée, les grands-mères avaient l’habitude de raconter aux plus jeunes d’entre nous l’histoire du Prophète et ce qu’il avait accompli autrefois, auprès de ses fidèles alliés Abou Bakr et Ali ibn Abi Talib. Elles nous offraient donc un petit saut dans le passé religieux et ses événements les plus marquants, qui à nous yeux avaient l’air de légendes fantastiques,  ce qu’elles racontaient, était bel et bien produit dans le passé, laissant en nous un sentiment de peur et de totale satisfaction.

Nos mamies veillaient à ce qu’on comprenne les secrets de cette commémoration sacrée et n’épargnaient aucun détail lorsqu’ils s’agissaient des miracles, pour notre plus grand plaisir.

On comprenait donc mieux notre religion dans toute sa spiritualité et pureté renforçant ainsi notre lien avec Dieu.

Une touche de gourmandise 

Que serait une fête algérienne sans de bons plats tout justes sortis du four ! Les célébrations musulmanes telles qu’Achoura, Mouloud ou encore Aïd El Adha en passant par Aïd el-Fitr sont toujours un bon prétexte pour faire plaisir à son estomac. Les Algériens se montrent donc très généreux lorsqu’il s’agit de se faire plaisir gastronomiquement parlant, et on les comprend !

La tamina (temena) 

Appelée aussi takneta (takneta) est une pâtisserie algérienne servie traditionnellement à l’occasion de mawlid nabawi, C’est un dessert très apprécié et très populaire, super simple à préparer et rapide, un régal ! Il y a bien d’autres variantes ou dérivées de la Tamina, selon les régions, on citera :

Taminet el ghars appelé « maakra » se prépare à base de semoule grillée, de pâte de dattes et beurre.

Tamina baïda traduit par « tamina blanche », se prépare dans l’Est du pays et est à base de semoule grillée légèrement lui conférant sa couleur blanche, du beurre et du sucre glace.

Tamminet ellouz traduit par « tamisa d’amandes », car elle se prépare à base d’amandes parfumées à l’eau de rose, de lait, de sucre. Elle est décorée en losanges et saupoudrée de sucre glacé. Cette préparation est originaire de Constantine.

Tamminet l’hror qui est préparée à base de semoule grillée, de miel et de beurre, a la particularité d’être constitué d’un mélange d’épices traditionnels algériens (on peut la trouver notamment dans la région de chlef…).

Le rfiss 

Mets sucré traditionnel, à base de galette émiettée, dite mbesses, ou de pâte feuilletée servant à la préparation du msemmen. Il diffère aussi selon les régions, une explosion doré qui mettra tout le monde d’accord.

Le baghrir

Le Baghrir est une spécialité Maghrebine des crêpes à mille trous qu’on fait cuire sur une seule face, le baghrir se décline en semoule ou semoule farine ou farine. Une touche de miel ou de sucre n’est pas à refuser lors de sa dégustation.

La rechta ou Richta 

Succulent plat de fines nouilles faîtes maison, la rechta est un symbole typique de la gastronomie Algéroise. Sa préparation se fait à partir d’une pâte fraîche fabriquée à la maison et une sauce blanche savoureuse garnie avec du poulet, des pois chiches et des œufs durs. Aujourd’hui, c’est un plat incontournable sur les tables algériennes.

La chakhchoukha ou rougueg

Plat culinaire par excellence à Biskra mais aussi faite et appréciée dans tous les Aurès et à proximité. Chakhchakh est un mets de fête se composant de pâte de semoule émiettée, arrosée de sauce tomate rouge à la viande, épicée, de pois chiches et de pommes de terre. Elle est parfois servie avec du lait fermenté.

Graine Sabrina

29 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici