Les valeurs et les normes imposées par notre entourage  influencent nos sentiments, opinions ainsi que  le comportement à adopter en société. Nous sommes (presque) tous programmés à nous conformer aux diktats  de cette dernière et  à calquer ces normes afin de rentrer dans un drôle de moule.

les indicateurs de valeur dans notre société:

Dans notre culture, les indicateurs de valeur d’un individu sont nombreux et l’arbitrage commence dès notre jeune âge :

  • LE BAC :

Il faut bien évidemment le passer à 18ans (ou moins si vous êtes surdoué) et cela va s’en dire qu’il faut également l’avoir avec mention.

  • LE DIPLÔME :

De préférence avoir son diplôme avant ses 24ans, sauf si vous faîtes médecine.

  • LE BOULOT:

Trouver ‘khedma’  dans les 3mois qui suivent le diplôme est primordial !

  • LE MARIAGE :

C’est bien connu que le ‘ZWAJ’  est notre sujet de prédilection ; évidemment avant 30ans et toute la région attend  de nous un mariage royal (pour faire plaisir à des gens que l’on n’a pas vu depuis le berceau).

  • LES ENFANTS :

Certainement dans l’année qui suit le mariage (afin d’éviter les questions indiscrètes).

Ces petites pressions destructrices poussent bon nombre de personnes à faire des choix qui vont à l’encontre de leur bien être, pourquoi s’infliger ça ?

La pression sociale: « Weqtach neferhou bik?« 

De plus, il existe une série de questions  et de réflexions déguisée en pression sociale qui fait plus d’un anxieux :

Tu aurais dû faire telle ou telle spécialité, c’est mieux.

Il te reste combien d’années avant de finir tes études ?

Tu as trouvé du boulot ?

Tu as quelqu’un dans ta vie ?

Quand est ce qu’on va enfin assister à ton mariage ? (Winta neferho bik pour les intimes).

C’est pour quand le bébé ?

C’est pour quand le deuxième ?

C’est le moment de penser au troisième!

….

Les femmes algériennes: double pénalité

La société pèse sur nous tous, mais n’attend pas les mêmes choses des femmes et des hommes.

Parlons à présent du sujet brûlant qui fait souvent actualité :

 Les paramètres de valeur de LA FEMME Algérienne .

  • Le physique :

Bien naturellement.

  • La cuisine :

Bien cuisiner est obligatoire, tout passe par le ventre avant d’arriver au cœur.

  • Le ménage :

Du  matin au soir, sans arrêt !

  • La virginité :

Pas aussi primordiale que chez l’homme, ce petit bout de peau peut littéralement ruiner l’avenir d’une femme. 

  • Une fille de famille :

Plus communément appelé ‘BENT FAMILYA’,  cette expression désigne une fille  DOCILE qui sans conteste, ne boit pas, ne fume pas et qui ne sors pas.

Réduire LA FEMME ALGERIENNE à ces quelques critères est injuste et vide de sens, une femme c’est aussi UN CERVEAU.

Mais les hommes ne sont pas en reste!

Toujours aussi intolérable, les paramètres de valeur de L’HOMME Algérien sont tout autant déraisonnables :

  • La répression des émotions :

Un homme doit impérieusement réprimer ses émotions, interdiction de pleurer ou de montrer sa tristesse !

Par contre, il est conseillé de montrer sa colère, car c’est vu comme ‘ROJLA’.

  • Le véhicule :

Le genre de voiture que possède l’homme en dit long sur lui.

  • Proprio ou locataire ?

‘ Chari wela Kari ?’

La réponse à cette question définit incontestablement le statut social du type.

  • Salaire 1 :

Il est socialement admis qu’un homme doit être riche.

  • Salaire 2 :

Comme nous adorons nous mêler de ce qui ne nous regarde pas, le salaire de son père ainsi du reste de sa famille nous intéressent également.

Chez nous, un homme a tous les droits sauf celui d’être fragile.

On oublie souvent qu’un Homme c’est aussi un être avec des émotions et de la vulnérabilité.

Société tu ne m’auras pas!

Mettons un frein à ces exigences sociales (tacites pour certaines) qui empoisonnent nos vies et nous empêchent d’être véritablement HEUREUX.

Cette société dans laquelle nous avons grandi a édifié des critères quantifiables, en dinars, en années de mariages, en kilos et centimètres et même en nombre d’enfants, pour décider si oui ou non, nous répondons aux standards de l’acceptabilité et de la réussite Algérienne. 

CHACUN SON RYTHME, CHACUN SES CHOIX.

Ghizlène.

25 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici