Troubles de l’alimentation, tristesse constante, hypo ou hypersomnie… Ce sont-là les principaux signes de la dépression. Cette maladie – qui survient généralement sous forme de périodes, pouvant durer de plusieurs semaines à plusieurs années – a été caractérisée comme l’un des troubles les plus fréquents du XXIème siècle. 

En effet, selon plusieurs études menées, il a été prouvé que les troubles dépressifs touchent 15 à 20% de la population. Et même si tous les âges sont inclus, c’est généralement plus fréquent chez les personnes de 18 à 44 ans. 

Quelles sont donc les causes de la dépression, et comment la guérir ? Pour mieux combattre cette pathologie, il est nécessaire de mieux la comprendre.

Qui est-elle réellement ?

Il n’est pas rare de nos jours de croiser des personnes qui s’auto-diagnostiquent la dépression. En réalité, le problème est qu’on confond assez souvent « déprime » et « dépression » : La première qualifie des instants de tristesse et d’incertitude qui peuvent survenir à un moment ou à un autre de notre vie. La seconde, en revanche, est bien plus grave, puisqu’il s’agit d’un vrai trouble psychiatrique, correspondant à un mal-être social. La personne qui souffre de dépression a généralement l’impression d’être exclue de la société, et ressent constamment le besoin d’être seule.

En plus d’un sentiment de rejet permanent, la personne dépressive entretient très souvent des pensées négatives et dévalorisantes à son propre égard, et souffre d’une énorme perte de confiance en soi qui la pousse à perdre intérêt pour des activités autrefois appréciées. La perte de concentration fait également partie de ces conséquences.

Selon son intensité, la dépression connaît trois aspects : Légère, majeure ou modérée. Cette dernière forme, plus grave, peut conduire jusqu’au suicide.

Quelles sont ses causes ?

Les causes de la dépression sont variées : elle peut être héréditaire, ou issue d’une suite d’événements biologiques. Toutefois, les facteurs les plus connus sont dus à l’environnement de la personne.

  1. Facteurs héréditaires : selon des études réalisées à long terme sur plusieurs familles, on a pu conclure l’existence d’une certaine composante génétique responsable de la dépression. En effet, selon l’Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale de France), un individu a deux à quatre fois plus de risque d’être sujet à la dépression si l’un de ses parents a des antécédents de trouble dépressif. 
  1. Facteurs biologiques : les chercheurs scientifiques ont également prouvé l’existence de plusieurs éléments chimiques qui sont à la cause de cette maladie. On cite notamment une sécrétion élevée de Cortisol, l’hormone de stress ainsi qu’un déséquilibre de certains neurotransmetteurs comme la Sérotonine, la Noradrénaline, et la Dopamine, entraînant un dérèglement biologique de l’humeur, dû à un problème de communication entre les neurones.
  2. Facteurs environnementaux : le surmenage, le manque de sommeil, la pression et le stress constant mais aussi les événements de la vie, telle que la perte d’un proche, par exemple ou les les traumatismes de l’enfance/adolescence, voire ceux liés à un entourage toxique.

Comment la reconnaître ?

La difficulté avec le trouble dépressif, c’est qu’il est très facile à cacher : Une personne peut arborer son sourire le plus joyeux en public, et vivre son plus grand mal-être. Néanmoins, il existe quelques signaux d’alarmes qui peuvent aider à démasquer cette maladie :

  • Un ralentissement psychomoteur, caractérisé par une lenteur de la marche, de la voix, des gestes…
  • Une fatigue constante.
  • Une perte d’appétit, souvent associée à une perte de poids.
  • Des troubles de l’attention et de la mémoire.

Il peut exister d’autres symptômes, tels qu’une agressivité ou une irritabilité inhabituelle, une forte agitation (la personne est incapable de tenir en place), des maux de tête et des douleurs au ventre et au dos.

Comment la soigner ?

Il n’y a pas trente-six mille solutions : la thérapie est le meilleur remède. Si vous pensez souffrir d’une dépression, il est impératif de consulter un thérapeute, qui vous aidera doucement à remonter la pente, et vous administrera les solutions idéales selon l’intensité de vos symptômes. 

Si vous pensez que l’un de vos proches en souffre, alors la meilleure façon de l’aider est d’être là pour lui dans la mesure du possible. Évitez les conflits : une personne dépressive a souvent du mal à accepter l’aide d’autrui, et n’en fait qu’à sa tête. Dans ce cas, ne la forcez pas, ne la mettez pas sous pression. Soyez patients, même si cela prend du temps et de l’énergie.

N’oubliez pas que votre bien-être est extrêmement important lorsque vous soutenez une personne souffrant de dépression. Essayez de rester calme, et de prendre du temps pour vous également, afin de pouvoir modéliser des comportements positifs et d’être suffisamment reconstitué pour fournir ce soutien crucial et indispensable.

Sources : 

https://www.inserm.fr/

https://www.doctissimo.fr/

https://www.passeportsante.net/

Chaymaa Meghebbar

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici