La planète en isolement

Depuis le 17 Novembre 2019, le monde entier a baissé sa garde face à la pandémie du Covid-19. De ce fait, la plupart des habitants de la terre ont vécu en confinement pendant des mois. L’isolement était donc la seule issue envisagée pour faire face à ce virus. Selon la fondation du Centers for Disease Control, ce dernier peut avoir un effet négatif sur la santé mentale. Deux des antidotes contre le stress dû à l’isolement, utilisés au fil des siècles précédents, sont la créativité et l’imagination. Entre écrire un roman, composition de notes musicales, création de quelques vers poétiques, enregistrement d’un album, peinture,… . Ou une quelconque expression d’idées à travers un déversoir artistique. Le plus important est qu’elle peut aider à aménager ses sentiments et ruminations, résultant d’un état d’esprit où l’humain est testé psychologiquement. Après tout, il est dit que la créativité stimule la production de la dopamine dans le cerveau et calme l’esprit. En l’entraînant dans un état méditatif, qui peut booster la santé mentale.

Des œuvres de confinés(ées) à découvrir ou redécouvrir

On est remonté dans le temps pour vous compiler une liste d’œuvres produites suite à une situation d’isolement, cela pourra vous inspirer dans la création des vôtres en ces temps durs.

‘La Morte d’Arthur’ par Sir Thomas Malory

Complété en 1469, La Morte d’Arthur est considéré comme le premier roman anglais et le premier dans la littérature Western, ce dernier a été écrit par Sir Thomas Malory, qui était un chevalier au temps de la guerre des roses, où il a ensuite été emprisonné. Suite à cet isolement, le roman qui parle de la légende du Roi Arthur est né.

‘L’histoire du monde’ de Sir Walter Raleigh

Print collector//Getty images

De 1603 à 1616 Sir Walter Raleigh était mis en confinement à la tour de London par le Roi James I pour trahison. Durant cet emprisonnement, Raleigh a écrit Histoire du monde. Une œuvre critiquant entre autres, la monarchie et le roi James I, dont la publication a été interdite. Ce n’est qu’après la mort de Raleigh que l’ouvrage est devenu une référence en histoire.

‘Le roi lear’ de William Shakespeare *

Dario Cantatore// Getty images

En 1606, les théâtres de Londres ferment à cause de la peste noire pendant des mois. A l’époque, Shakespeare était un jeune acteur de la troupe théâtrale King’s men . Puisque confiné, il se consacre à l’écriture du Roi Lear et finit celle de Macbeth, et une partie d’Anthony et Cleopatra.

‘À Althea, de la prison’ de Richard Lovelace

William dobson//Wikimedia 

En 1642, le poète Richard Lovelace a été jeté en prison pour avoir supporté Charles I. De ce fait, pour s’évader, il se réfugie dans l’écriture de poèmes pour Althea. Dont ce passage :

‘ Quand l’amour avec des ailes non confinées 

Plane dans mes portes, Et ma divine 

Althea apporte Chuchoter aux grilles

 Quand je suis allongé dans ses cheveux 

Et enchaîné à ses yeux, Les oiseaux qui volent dans les airs 

Je ne connais pas une telle liberté ‘

‘La colonne brisée’ de Frida Kahlo

John MacDougall/AFP via Getty Images

Frida s’est retrouvée clouée au lit pendant une longue période après avoir subi une opération intense de la colonne vertébrale pour réparer les dégâts d’un accident de voiture, . Pendant cette quarantaine forcée, elle réalise La colonne brisée. Il s’agit d’un portrait autobiographique où l’artiste mexicaine y exprime la douleur et la peine ressentie durant sa convalescence.

‘1984’ de George Orwell

L’auteur du genre dystopien a souffert de quelques soucis de santé durant sa vie, dont la tuberculose. par conséquent, il accepte de l’offre de son patron David Astor, qui est de s’isoler dans sa demeure en Écosse, et c’est là où 1984 naît, dont une grande partie y est finie.

‘Exile on main St.’ par les Rolling Stones

Mark and colleen Hayward/Redfems//Getty Images

Pendant l’hiver de 1971, les Rolling Stones vivaient dans une maison dans le Sud de la France. Suite à une tentative d’évasion aux charges d’impôts. De ce fait, ils ont vécu au sous-sol, qui a été transformé en un studio d’enregistrement, pour y  produire Exile On Main.

‘Both Sides’ de Phil Collins

En 1993, Phil collins s’isole dans son studio d’enregistrement, aménagé chez lui, dans le but de créer son premier projet solo, intitulé Both Sides. Grâce à cet isolement, il produit, écrit seul les morceaux, joue chaque partie instrumentale, et chante la partie vocale. La critique saluera plus tard cette oeuvre, suite à sa sortie.

‘Shut in’ de Barbara Ess

Barbara Ess est une photographe et réalisatrice expérimentale. Le public la connait pour sa façon de travailler avec une caméra sténopée et sa contribution au mouvement d’art ‘No Wave’. Suite à une bronchite infectieuse, elle crée une série de photos, baptisée ‘Shut-in’, dont la ‘Fire escape’, est la photo la plus connue. Cette dernière est sortie en 2011.

‘Folklore’ de Taylor Swift

Folklore est sortie en juin 2020. Ce dernier est un vif produit du confinement imposé, suite à la propagation du Covid-19. C’est le fruit d’imagination, en termes d’écriture, de personnages, et de visuel. Dans cet album, la musicienne étale son génie de poète, aux côtés de Jack Antonoff et Aaron Dessner qui ont travaillé dessus, chacun isolé dans un coin différent. Résultant enun album qui a battu des records d’écoutes en plateformes de streaming et a été nominé à cinq prix au Grammy awards. Bien que sans touche de pop, ni de promotion, ni de sorties de singles prévues. La musicienne a même dû s’arranger pour photographier le visuel de l’album.  Pour en savoir plus sur le processus particulier de la création de cet opus, regardez le film documentaire ‘Folklore : sessions au long pond studio’ sur la plateforme Stremio.  

                                                                                              Yamina Hamidi

                                                    

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici