Masques zarbis, vestes en cuir, cheveux gras, colliers à clous et tatouages partout. Une tendance à la déprime, l’autodestruction et la violence et une bonne dose de satanisme… cela donne quoi? Une description clichée et oh combien biaisée, des fans du métal, dits « metalheads ». On verra dans cet article que les fans de métal n’ont rien à envier aux amateurs de Céline Dion côté cœur d’artichaut et apparence banale!

Ce 12 décembre 2020 marque la journée internationale du metal, créée il y a 8 ans par Iron Mathew Collins, un fan incontournable de cette musique savante. En cette occasion, nous allons tenter d’en savoir plus sur ce monde musical assez particulier et ses innombrables clichés !

Métalliquoi ? 

Métal ou « Heavy metal », est un genre de musique rock qui comprend un groupe de styles liés qui sont intenses, virtuoses et puissants. Poussé par les sons agressifs de la guitare électrique distordue, le heavy metal est apparu dans les paroles de « Born to be Wild » de Steppenwolf en 1968 et au début des années 1970, les critiques de rock l’utilisaient pour désigner un style de musique spécifique. 

Le Jeff Beck Group, les Yardbirds ainsi que Jimi Hendrix, sont généralement reconnus pour avoir développé des sons de batterie, de basse et de guitare déformée plus lourds qui différencient le heavy metal des autres rock basés sur le blues qu’on appelle des riffs lourds ou des « accords de puissance ».

metalhead et ouverture d’esprit: ça ne sonne pas creux là dedans!

Les préférences musicales sont un élément important de l’identité d’une personne, surtout à l’adolescence et à l’âge adulte. À ce titre, le heavy metal est clairement associé à l’ouverture à l’expérience, un trait de personnalité étudiée par l’association américaine de psychologie. Les amateurs de ce style sont plus ouverts, plus épanouis, leur imagination est plus fertile, constamment en recherche de nouvelles expériences, fascinés d’art, curieux et avides de savoir et de connaissances. De plus, ce genre de musique est très apprécié par les adolescents durant leurs petites crises passagères, le metal les aide à faire le vide dans leur esprit et de se détacher du monde qui les entoure pour en créer un rien qu’à eux. 

Les metalleux ont vendu leurs âmes à Satan ?

Cette veille légende urbaine qui a la dent dure vient du groupe Black Sabbath. Avec leurs textes assez « Dark » qui parlent essentiellement du diable, de la mort, de la religion, de l’amour, de la guerre ou encore de la drogue donnent cette image indélébile à tout le genre. Leur garde-robe toute en noir rajoute une couche de macabre à faire pâlir les âmes sensibles. Mais le nom Black Sabbath venait du fait que leur musique utilisait le triton, deux notes dissonantes qui étaient interdites par l’église. Toutefois les membres de Black Sabbath, tout comme ceux de Slayer, dont le logo est un pentacle, ne sont pas satanistes. Le chanteur de Slayer est d’ailleurs chrétien pratiquant.

Metal et liberté d’expression :

Le metal ne se limite pas seulement au plaisir de l’écoute en secouant sa tignasse d’avant en arrière, c’est bien plus que ça ! La passion du metal depuis sa création est aussi un moyen de s’exprimer et de dénoncer des faits, des évènements historique marquants du passé ou d’actualité.

Prenons exemple d’Iron Maiden qui décide en 1982, de dénoncer la colonisation européenne de l’Amérique et ses méfaits vis-à-vis des populations autochtones à travers son morceau « Run To The Hill », une thématique qui sera reprise des années plus tard par le groupe Anthrax à travers leur chanson « Indians ».

Quand ils ne sont pas directement inspirés par les événements historiques, certains groupes vont chercher leur inspiration aux auteurs classiques, comme pour Metallica qui trouve dans l’œuvre d’Ernest Hemingway une occasion de parler de la guerre civile espagnole avec « For Whom The Bell Tolls ».

Des groupes comme Scorpions ou Megadeth font également le choix de traiter des histoires plus contemporaines que ce soit avec « Holy Wars » qui revient sur le conflit religieux d’Irlande du Nord ou « Wind Of Change » pour célébrer la chute du bloc communiste. 

Musique bruyante et barbare ? 

Les haters, expriment leur dégoût envers cet univers en le qualifiant de morbide, sombre et barbare. Ce sentiment de dégoût est dû à la rugosité vocale dont font preuve la plupart des groupes qui est en quelque sorte leur marque de fabrique. La trop forte pression exercée sur le larynx crée une forme de « chaos », un bruit désordonné, inhabituel pour l’oreille d’où sa tendance à faire grimacer quelques-uns. Les sons dits « rugueux » activent des zones archaïques du cerveau appelées amygdales (non pas ceux dans la cavité buccale) réputées pour traiter les signaux liés au danger, à la peur et à l’anxiété. Le rejet du metal serait donc une sorte de réflexe biologique primitif. 

Ecouter du metal vous rendra plus calme !

De la détente à l’extrême, qui aurait dit que ces deux-là feront bon ménage ? Des chercheurs de l’université du Queensland en Australie tentent de nous répondre à travers une étude effectuée sur 39 individus fan de metal. Ils ont demandé aux volontaires d’imaginer une situation frustrante à laquelle ils seraient confrontés, l’objectif étant de leur faire ressentir de la colère. 

Certains se sont assis en silence pendant 10min, les autres ont entendu de la musique metal dans les oreilles, pendant la même durée. Résultat? le groupe qui avait écouté du métal se montrait aussi calme que celui qui avait choisi de rester assis, cette musique a donc le pouvoir de réguler le stress et d’apaiser en explorant la gamme complète des émotions qu’ils ressentaient. Mais ils se sont sentis également plus actifs et plus inspirés. Les notes du heavy metal enverraient des ondes de détente, de bonne humeur et aideraient les gens qui l’écoutent à s’immerger dans le bonheur et à améliorer leur bien-être.

La beauté de cette musique est à part entière et les conclusions que les chercheurs en tirent ont de quoi surprendre les plus futés d’entre nous. En conclusion, le metal ne se résume pas à des rassemblements sataniques et à des sacrifices de chèvres… and nothing else matters!

Graine Sabrina

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici