Si vous êtes persuadé(e)s que votre réussite n’est due qu’à la chance et aux circonstances et que, malgré les compliments, vous vous sentez toujours incompétents et avez peur qu’on vous “démasque”, vous souffrez fort probablement du syndrome de l’imposteur. Pour avoir confirmation, prière de lire la suite de cet article !

Le Syndrome de l’imposteur, qu’est- ce- que c’est ?

De manière générale, il est admis que ceux qui souffrent du Syndrome de l’Imposteur souffrent d’un doute permanent de leur capacités ainsi que d’un sentiment de manque de légitimité dans leurs actions – ils ne se sentent pas à leur place là où ils sont et ont le sentiment de ne jamais en faire suffisamment et de ne pas mériter ce qu’ils leurs arrive de bien. Comme expliqué dans Wikipédia, ces personnes rejettent plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, un travail acharné, leurs relations, des circonstances particulières, etc). Il ne s’agit donc pas d’une « maladie » mais plutôt d’un « mécanisme psychologique » où la personne a le sentiment d’être un escroc, un arnaqueur qui se fait passer pour ce qu’il n’est pas et qui, tôt ou tard, se fera démasquer. On est d’accord que ce n’est pas une vie ça, hein ?

Comment identifier le syndrome de l’imposteur?  

Habituellement, les personnes souffrant de ce syndrome ont tendance à développer des stratégies pour éviter de se faire démasquer par leur entourage. Parmi ces stratégies, nous avons la stratégie de l’over-doing : pour une tâche donnée, la personne va mobiliser plus d’énergie que nécessaire pour justifier ses revenus, et expliquer sa réussite par ce travail acharné et non par ses réelles compétences. La personne aura alors tendance à être très perfectionniste et s’infligera une pression démesurée. 

À l’inverse, nous avons la stratégie de l’under-doing, où la personne, croyant farouchement que tout le monde peut faire son travail, fait moins que le nécessaire afin de préparer une excuse plausible à un échec qu’elle juge fort probable. 

En plus de ces deux stratégies, nous avons bien évidemment le manque de confiance, la dégradation permanente de soi et les difficultés à accepter un compliment.

Comment combattre le Syndrome de l’Imposteur ?

Le traitement principal consiste à développer sa confiance en soi et à être réaliste sur sa valeur. La personne doit donc objectivement faire le point sur ses principaux talents, ses réussites, ses valeurs, etc. Elle doit garder en tête ce qui la rend unique et le brandir comme un trophée le jour où le moral n’est pas au beau fixe.  

Une autre technique consiste à écrire une lettre ou un email à l’égard de plusieurs personnes de confiance, dans lequel on demande aux destinataires d’indiquer les trois principales qualités de l’expéditeur, et les trois domaines dans lesquels il peut progresser. Cela implique d’être entouré(e) de personnes bienveillantes et accepter que tout n’est pas parfait en ce bas monde, à commencer par soi-même. 

Test Psychologique pour Savoir si l’on souffre du Syndrome de l’Imposteur:

Pour terminer cet article en beauté, voici un petit test  psychologue – cadeau élaboré par Pauline Clance – qui permet de savoir à quel point vous êtes touché par le mécanisme. Pour chaque question, entourez le numéro qui indique le degré de vérité de l’affirmation sous-jacente.

1. J’ai souvent réussi des tests ou des tâches alors que je m’en pensais au départ incapable.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

2. Je peux donner l’impression que je suis plus compétent que je ne le suis réellement.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

3. J’évite les évaluations si possible / je crains les évaluations des autres à mon égard.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

4. Quand quelqu’un me récompense pour quelque chose que j’ai accompli, j’ai peur de ne pas être à la hauteur de ses futures espérances.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

5. Je pense parfois que j’ai obtenu ma position actuelle parce que j’étais là au bon endroit au bon moment.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

6. J’ai peur que les personnes importantes à mes yeux découvrent que je ne suis pas aussi compétent qu’ils le pensent.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

7. J’ai tendance à me remémorer les projets pour lesquels je n’ai pas donné le meilleur de moi-même.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

8. Je me lance rarement dans un projet ou une tâche même si j’en ai très envie.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

9. Parfois, j’ai le sentiment que mon succès est le résultat de plusieurs coïncidences.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

10. C’est difficile pour moi d’accepter les compliments qui portent sur mon intelligence ou mes réussites.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

11. Parfois, je pense que si j’ai du succès actuellement, c’est parce que j’ai eu de la chance.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

12. Je pense souvent que j’aurais pu faire mieux, et de ce fait je suis déçu de mes réussites.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

13. Parfois, je redoute que les autres découvrent mes lacunes.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

14. J’ai souvent peur d’échouer dans une nouvelle tâche qui m’est confiée.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

15. Je pense souvent que je n’arriverai pas à reconnaître le succès dans un autre projet.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

16. Si je reçois des félicitations et de la reconnaissance pour quelque chose que j’ai accompli, j’ai tendance à minimiser l’importance de ce que j’ai fait.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

17. Je compare souvent mes capacités à celles des personnes qui m’entourent et pense qu’elles sont peut-être plus intelligentes que moi.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

18. Je m’inquiète souvent de ne pas réussir alors même que tout le monde sait que je vais briller.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

19. Lorsque je m’apprête à recevoir une promotion, j’attends le dernier moment pour l’annoncer, au cas où cela ne se fait finalement pas.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

20. Je me sens découragé si je ne suis pas le meilleur dans les situations qui impliquent le fait de réussir.

1) Faux  2) Rarement  3)   Parfois    4) Souvent   5) Tout à fait vrai

Additionnez les nombres associés à vos réponses :
Si le score est inférieur à 40, vous n’avez que quelques caractéristiques de l’imposteur.
Si le score se situe entre 40 et 60, vous expérimentez assez souvent le syndrome de l’imposteur.
Si le score est supérieur à 60, le syndrome de l’imposteur interfère fréquemment avec votre vie : il est fort possible que vous en souffriez mentalement et physiquement.

N’hésitez pas à nous laisser votre score en commentaire et à nous suggérer d’autres techniques efficaces face à ce syndrome !

Khelil Sihem.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici