Quelque chose qui est beaucoup trop à la mode pour notre propre bien est le sens de l’égocentrisme et de la mentalité de victime des Algériens. Les deux sont compréhensibles, aucun n’est excusable.

Souvent dans la rue, dans un département du commerce, dans les services publics, chaque fois qu’une plainte est émise par un client ou un consommateur, vous entendrez plus que probablement le responsable hausser les épaules avec un sarcastique «Eh bien, c’est l’Algérie!» Une fatalité qui implique que pour survivre, vous devez être corrompu et blâmer le gouvernement, la société, la communauté, même votre voisin, sauf vous-même.

La plupart des gens blâmeront le gouvernement de limiter le choix des activités qu’ils peuvent faire et auxquelles consacrer leur temps, et la plupart des gens condamneront cette chose appelée «maerifa» (qui est une méthode sous la table que vous utilisez à travers un réseau de connaissances que vous acquérez pour obtenir un emploi, un poste ou tout ce que vous ne pouvez pas autrement avoir normalement et légalement,) mais la plupart d’entre eux y recourront pour réaliser quelque chose, puis diront:

«Eh bien, oui, je l’ai fait, je devais, j’ai une famille, moi !  On ne peut rien faire dans ce pays sans ça. » Vousverrez qu’avec un bagage, des compétences et des valeurs, on peut tout faire.

« C’est un vrai problème. Je ne peux vraiment pas comprendre les gens. «  Donc, en plus de ne prendre aucune responsabilité pour le comportement illégal et immoral auquel vous participez, vous critiquez également hypocritement les gens pour avoir fait la même chose que vous ?

Toujours blâmer la société et le gouvernement, tout en contribuant à priver des jeunes, des milliers de fois plus qualifiés que vous du job que vous avez immoralement détourné, et en réussissant toujours à avoir l’audace de le dénoncer, c’est l’égocentrisme et le droit à soi. 

Beaucoup de gens pensent que certains emplois leur sont juste dus sans raison valable, sauf pour combler leurs propres désirs égoïstes. L’admissibilité et la victimisation vont toujours de pair dans ce scénario et voici pourquoi.

Oui, notre gouvernement est corrompu, MAIS…

À ce stade, en 2021, aucune personne sur la surface de la terre avec un grain de cerveau ne niera que le système politique et le gouvernement algériens sont dépouillé de toute morale, d’humanité, de décence, d’authenticité, d’unebonne publicité télévisée et de l’amour ton voisin, pour un paquet de trillions de dinars. Corrompu jusqu’aux os, tout simplement.

Et ce qui se passe, c’est que certains d’entre eux ont réussi à propager cet état d’esprit pervers pour qu’il devienne comme un virus bondissant, contaminant l’esprit des jeunes influençables et des commerçants autrement de bonne famille.

Ce virus s’est également transmis de génération en génération, à tel point qu’il est devenu la norme, un peu comme conduire sur le côté gauche de la route ou porter un jean skinny-noir.

Des valeurs telles que la morale, la passion du travail, le professionnalisme, l’éthique, les manières et l’étiquette se sont toutes brisées et les yeux de l’homme d’affaires sont maintenant remplis de factures et de somme.
Oui, notre gouvernement est corrompu, MAIS…

Vous pouvez voir la présence d’argent tout autour de vous lorsque vous effectuez une transaction, le besoin en devient viscéral et oppressant, et vous pouvez clairement voir que rien ne pourra jamais rivaliser avec le pognon.

Privilégier l’argent par rapport à l’esthétique, comme la décomposition des vitrines des magasins, privilégier l’argent à l’éthique, comme définir les prix avec la marque de montre que vous voyez un client porter sur son poignet, créer des routes imaginaires et créer ce que les chauffeurs de taxi appellent «leur circuit» et tout ce qui se trouve en dehors de cela vous coûtera de l’argent supplémentaire, ce qui est illégal à cent pour cent et du vol.

Mais le Hirak n’était-il pas censé être sur la fin du système? N’était-ce pas une révolution qui bannira à jamais la vieille routine et les mauvaises manières? Si tel est le cas, pourquoi les traces du système sont-elles encore lourdes et omniprésentes dans la vie de tant d’algériens?

Et surtout, pourquoi tout le monde ne fait-il pas un effort pour le corriger, au lieu de se plaindre sans fin?

Continuons la révolution dans notre vie quotidienne, nous tous, pour un avenir meilleur. Une révolution n’est pas un rituel que vous faites tous les vendredis dans les rues du centre d’Alger, c’est un combat constant, une passion, une cause, ce n’est pas une entreprise et ce ne sera jamais un endoctrinement.

Arrêtons de nous victimiser, prenons la responsabilité de nos actes et soyons de bons citoyens, continuons à transmettre l’héritage et le pouvoir de la révolution du 22 février dans notre vie de tous les jours, et ce n’est qu’en se munissant du savoir et de la conviction qu’on vivra enfin en paix, un beau jour, parce que la vie ne nous doit RIEN.

MEHDI MFD

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici