Le lexique français, voire de toutes les langues, ne saurait pallier au vide qui sépare les mots de la réalité bien plus angoissante que le peuple algérien a vécu durant la décennie noire, une décennie de guerre civile, de trahison, de paranoïa, de meurtres, de massacres, d’horreur, de terrorisme et de despotisme suprême. 

le voile du déni s’abat sur l’Algérie…

Bien que les causes (et conséquences) de cette partie engouffrée de l’histoire algérienne demeurent discutables et sèment jusqu’à ce jour la discorde entre partisans du FIS et partis Laïques,  FLN, nationalistes, etc,. Cette période tétanisante a touché à sa fin par l’accord de réconciliation entre le FLN et le GIA; ainsi que la dissolution totale du FIS. Accord pris au nom de nous tous (nous le peuple); peuple meurtri, torturé, dépravé de nos droits et de notre paix. Cet accord stipule:

 » Qu’aucune poursuite judiciaire ne devra être encourue contre une organisation gouvernementale, que toute polémique autour des événements derniers ne seront plus ébruités en Algérie ou ailleurs, que personne ne pourra plus se servir de ces événements contre un parti politique, que la paix sera donnée aux Algériens mais que la décennie noire sera en contrepartie recouverte d’un voile opaque, qu’elle sera étouffée et que la fosse qui sépare 1990 de 2000 sera oblitérée.

En gros, rien ne s’est passé, rien ne sera répété, rien ne sera remis à la table, à jamais. 

Au gouvernement complice, un peuple meurtri:

Le gouvernement, complice de ces attentats, massacres et explosions, sait-il que cette trêve et en réalité un rêve pour beaucoup d’Algériens ?

Algériens dont plus de 100,000 ont été débités du compte, massacrés, décapités, kidnappés, torturés et gazés ? Sait-il que les familles de 10 à 20 défunts par nuit rêvent du jour où une réelle amnésie leur fera oublier les événements ensanglantés de la décennie noire ? 

Sait-t-il aussi que le régime de vie que les Algériens ont eu pendant 10 ans –couvre-feu à 21h, impossibilité de sortir dans un lieu inconnu sans encourir le risque de mort, agitation constante dans un lieu public, méfiance et paranoïa envers son propre voisin, son propre frère,… . Pays blacklisté de la plus grande partie du globe, économie effondrée comme à son habitude– est un régime qu’ils auraient volontiers remplacé par une prise de poids ?  Pourtant, ils sont toujours là, les années passent, l’état est dans le déni, et le cœur des témoins et familles endeuillés est toujours hurlant. Alors oui, le rêve et le souhait de beaucoup d’Algériens serait d’effacer, de détruire tous les souvenirs qu’a constituée la décennie noire pour eux, toute trace supprimée et formatée, et que dans votre manigance de tout étouffer pour dormir la conscience tranquille, pour la première fois dans leur vie, les Algériens étaient d’accord avec vous. Le plan a donc porté ses fruits. 

Aux Algériens…

Savez-vous qu’aucune seconde de la décennie noire n’a été oubliée ? Les murs, les fermes, les villages, les forêts et les rues sont toutes ridées de souvenirs douloureux, et à chaque fois que la lumière solaire se pose sur une façade, son âme encore fraîche et meurtrie transparaît. Savez-vous aussi que l’histoire n’a pas oublié l’épreuve que nous avons traversée?

Le courage est confondu avec le déni et l’amnésie, mais en fait, votre bravoure vous a donné une force inouïe, et la vie devait continuer pour vous et vos enfants, peu importe les circonstances. Les ressortissants de la décennie noire et notamment de ses horreurs sont des séquelles ambulantes, véhiculant avec eux une humilité, une peur, une terreur, mais aussi un courage si peu dévoilé, une force si peu exprimée qu’elle en est sous-estimée par les pays  voisins et l’Algérien lui-même. La décennie noire n’est pas un tabou, la décennie noire n’est pas oubliée, et la force de regarder en face, le courage de continuer, le cran de ne pas baisser les bras, et la noblesse de rêver, d’être ambitieux et d’aspirer à un avenir meilleur ne sera plus confondu avec le déni, l’amnésie ou la soumission au gouvernement.

Mehdi MFD 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici