Un nouveau procédé de protestation vient de naître en Algérie. Si nous étions accoutumés au cours de l’année par les fameuses coupures de routes, qui au final, n’ajoutent que du mal aux milliers de citoyens empruntant les routes en question, cet été, saison de vacances et de divertissement, est marqué par des regroupements récurrents d’un ensemble de personnes déployant les prières comme actes salvateurs. Tout a commencé à Ouargla. Alors que Kader Japonais, chanteur du Rai algérien, devait se produire devant son public, une prière collective a été observée devant la scène suggérant de donner la priorité aux secteurs essentiels (eau potable, hôpitaux, réduction des coûts de l’électricité). Ce sont les principales revendications qu’on a pu lire sur les diverses banderoles.

Au début, le débat était divisé entre deux camps. Certains ont analysé l’évènement au travers du prisme religieux. Ils ont d’emblée suspecté la horde islamiste d’instrumentaliser les problèmes sociaux de la région afin de se réapproprier l’espace public qui leur a échappé après les dix années de feu et de sang qui les a opposés aux démocrates. D’autres ont préféré l’interpréter tout simplement au travers du prisme du marasme social avec les moyens dont ils disposent, afin d’attirer l’attention des autorités sur les nombreuses difficultés auxquelles ils font face. Même Kader Japonais, le chanteur privé de gala, a publié sur sa page Facebook une vidéo marquant son soutien aux habitants d’Ouargla dans leur démarche si elle restait la plus appropriée pour de défendre leur région.

La polémique a fait couler beaucoup d’encre. Des journaux quotidiens jusqu’aux réseaux sociaux, les commentateurs n’ont négligé aucun détail pour appuyer leurs points de vues. Certains, sur la plateforme Facebook ont même, versé dans l’invective, dommage ! En effet, en l’absence d’arguments développés dans le respect et la tolérance, il ne s’agit plus de la défense d’une idée ou point de vue mais d’autoritarisme voire de dictature ! Pour se prémunir de la facilité d’une telle approche et surtout s’ouvrir à la différence, il serait plus judicieux de toujours douter de sa raison, de ses convictions et, de remettre en question ses croyances pour éviter les écueils et pièges de l’obscurantisme et en définitive du « terrorisme relationnel »

N’être sûr de rien est la plus belle production philosophique des derniers siècles ! Comment peut-on être celui qui produit une idée ou un avis tout en souhaitant rester son ultime juge ? A moins de se transformer en « monologues » dans un Monde interconnecté, car exprimer quelque chose consiste à la soumettre automatiquement, au mieux à la réflexion ou au moins aux perceptions des autres. C’est se donner ainsi, la chance de se mettre dans plusieurs angles de vue et de mieux cerner sa propre idée. C’est de prendre le recul nécessaire et la hauteur adéquate pour survoler sa conception. Et ce n’est qu’à partir de là que l’on peut prendre conscience que personne ne peut détenir la vérité absolue, que l’on peut avoir raison selon sa raison sans pour autant avoir forcément raison. On peut produire un élément de vérité mais pas toute la vérité, et les autres seront toujours la possibilité de jeter les premiers pas sur les artères les plus éclairées… Heureusement que le débat argumenté a existé sinon le Monde serait aigri dans l’uniformité intellectuelle.

Si jusqu’ici les échanges sur la question ont pu diviser, la succession et la répétition de ces regroupements religieux devant les lieux de spectacles dans d’autres régions que Ouargla, à l’instar d’Oran et de Laghouat, « coagulent » toutes les divergences autour de certaines questions fondamentales : Ces regroupements sont-ils prémédités et actionnés par les nostalgiques du califat ? Si ce n’est pas le cas, pourquoi visent-ils exclusivement les lieux de cultures, en utilisant le même procédé ? Et comment leurs doléances, même légitimes soient-elles, pourraient- elles être perçues/reçues par les autorités compétentes ? Si l’islamisme comme la mort est une expérience unique, nous qui avons traversé une décennie ensanglantée, sommes-nous vraiment immunisés jusqu’à la fin des temps contre ses dérives obscurantistes ? Après les années 90 qu’en est-il vraiment de 2018 ?
Toutes ces interrogations restent posées, leur apporter des éléments de réponse nous éclairera plus sur notre présent et nous aidera à mieux entreprendre notre avenir.

L’important ici n’est pas tant de répondre à la hâte à ces différentes suppositions mais d’essayer de déceler aujourd’hui les axes fondamentaux que soulèvent ces actions et sur lesquels on devrait s’appuyer pour ne pas refaire les mêmes erreurs à mon sens.

Le premier axe que l’on peut tirer est l’importance d’assurer les conditions pour un débat serein. Les luttes idéologiques ont de tous temps façonné l’histoire de l’humanité. Le but n’est pas le triomphe de l’une sur l’autre, au contraire, il faut profiter de la mouture qui jaillit de cette confrontations d’opnions.

Le deuxième axe primordial qui saute aux yeux est La Loi. La loi est cette toile d’araignée qui nous met tous sur un cercle au même pied d’égalité par rapport au centre: Le pays. Personne ne peut être au dessus ni au dessous de cette loi tant qu’on est dans une République. Se mettre au- dessus conduirait forcément à léser les autres. Il n’y a pas de mal pour un bien, le mal ne peut engendrer que le mal même enrôlé dans un bien. Faut-il appliquer la loi dès qu’il y a entrave ? Sinon à quoi peut-on s’attendre d’autres si les fermetures de routes n’ont pas suffi à emboîter le pas aux arrêts culturels ?

44 Commentaires

  1. S5YG0F Wow, amazing blog layout! How long have you been blogging for? you made blogging look easy. The overall look of your web site is fantastic, let alone the content!

  2. Spot on with this write-up, I truly think this website needs much more consideration. IaаАа’б‚Т€ТšаЂаŒаАа’б‚Т€ТžаБТžll probably be again to learn way more, thanks for that info.

  3. I?аАТ’аЂа†ll right away take hold of your rss as I can at find your e-mail subscription link or e-newsletter service. Do you ave any? Please allow me recognize so that I could subscribe. Thanks.

Comments are closed.